6
Tripeace

par ivan isaak le mer. 13 oct. 2010 Staff

Désormais fortement alimenté par Square Enix et ses différents magazines, Ki-oon nous propose un nouveau shônen issu du Shônen Gangan (Doubt, Vampire Chronicles…) avec Tripeace, toujours en cours au Japon avec déjà 7 tomes de sortis. L’auteur, Maru Tomoyuki, nous livre ici un récit où son héros, Nana, frappé d’hyper-amnésie, s’auto-confiera la mission d’éradiquer la guerre de la surface du globe. Il rejoindra pour cela l’organisation Tripeace, qui semble avoir le même objectif…

Enfin arrivé dans une ville après des jours d’errance, Nana, victime d’hyper-amnésie (il ne se souvient de rien, pas même des concepts et objets les plus communs comme la guerre ou les fusils) est attaqué par deux enfants, frère et sœur, le prenant pour un habitant de Xyece, le pays voisin. Pays riche, Xyece dispose notamment de l’eau étoilée, étrange remède réputé pour soigner toutes les maladies. Ichika et Nil en ont besoin pour soigner leur sœur, Santes, blessée suite à une explosion quelques temps plus tôt. Nana décide alors de se procurer cette fameuse eau pour venir en aide à ses nouveaux amis…

Ce premier tome de Tripeace débute plutôt bien. Malgré une naïveté attendue et très présente, les premières pages lancent rapidement le titre même si l’auteur utilise un artifice bien connu, l’amnésie du héros, afin de rendre ce dernier énigmatique. La fin du premier chapitre offre néanmoins des évènements qui marqueront Nana et qui nous font espérer une suite plus sérieuse et de qualité. L’objectif démesuré du héros, éradiquer la guerre de la surface de la terre, est d’ailleurs légèrement tourné en dérision lors de sa première « mission », où il tentera de régler un conflit entre deux groupes d’enfants… L’ensemble est alors très sympathique, typiquement shônen et plutôt bien amené, avec un grand ennemi, le pays de Xyece, rapidement et clairement identifié. Mais l’histoire perd subitement en intérêt lorsqu’arrivent ceux qui seront sans doute par la suite au centre de l’histoire, vu le titre de la série, à savoir les membres de Tripeace. Avec un message encore plus caricatural que celui du héros, le trio que nous découvrons n’a rien d’engageant et le défi lancé à Nana ne semble guère palpitant. Avec un dessin correct pour le genre mais dépourvu de réelle personnalité, ce premier tome de Tripeace finit donc par décevoir alors qu’il débutait plutôt bien. Si la suite se révèle du niveau de ce dernier chapitre, comme cela semble vouloir être le cas, le titre de Maru Tomoyuki aura perdu le peu d’âme qu’il avait jusqu’alors.

Commençant plutôt bien mais se terminant sur une étrange impression, ce premier volume de Tripeace peine à convaincre réellement malgré quelques bons moments. La suite devrait rapidement nous monter s’il s’agit ici d’un énième shônen noyé dans la masse ou d’un titre qui mérite une attention particulière.

En bref

6
Tripeace
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire