8
Inu Yasha

par ivan isaak le sam. 19 déc. 2009 Staff

Désormais, Inu-Yasha et ses amis ont deux adversaires : l’éternel Naraku mais aussi Mouriômaru, qui souhaite également s’emparer de la perle de Shikon…

Alors que Kôga affronte un bras portant l’odeur de Mouriômaru, son morceau de perle réagit étrangement et il ne doit sa survie qu’à l’intervention d’Inu-Yasha. Se sentant en position de faiblesse, Kôga part à la recherche d’une arme sacrée située dans le cimetière des loups. Quant à Inu-Yasha, il se retrouve aux prises avec une femme possédant un sabre dont les propriétés pourraient bien l’aider à vaincre Mouriômaru…

Une nouvelle fois, c’est beaucoup de mouvements que nous propose ce 39ème tome d’Inu-Yasha. Au centre du récit, ce n’est plus la poursuite de Naraku mais celle de Mouriômaru, l’ensemble du volume tournant soit directement autour de lui soit sur les moyens que nos héros pourront utiliser pour en venir à bout. Kôga prend de l’importance avec l’apport de sa nouvelle arme mais également avec les évènements entourant le morceau de la perle en sa possession et la seconde partie du volume est consacrée à un sabre aux propriétés très intéressantes. Rumiko Takahashi nous réserve quelques retournements de situations bienvenus même si certains évènements demeurent prévisibles. Le coup de théâtre de fin de tome atteint l’objectif qu’il vise : l’envie de lire le prochain volume est toujours présente.

Un volume où Naraku n’apparait pas nous permet de voir que Rumiko Takahashi a encore beaucoup de choses à nous montrer concernant le monde d’Inu-Yasha. Le destin des porteurs de morceaux de perles n’a jamais été aussi peu engageant et difficile de voir comment cela pourrait finir… Gros point noir : le rythme de publication de Kana. Avec un tome tous les 4 mois, la série ne se finira pas avant 4 à 5 ans. Décourageant.

En bref

8
Inu Yasha
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire