7
Dorothéa, Le châtiment des sorcières

par opaline le sam. 25 oct. 2008 Staff

Ce premier volume nous plonge dans un monde médiéval, où être différent est pris pour un signe du malin.

Dorothea jeune fille de 16 ans, vit dans un village où tous les enfants albinos de la région sont élevés. Une vieille légende païenne dit que chaque enfant albinos apportera la chance à sa famille. Malheureusement, cette tradition semble menacée par l'élévation du pouvoir de l'église chrétienne qui dénonce ces enfants comme hérétiques. Dorothea devra protéger son village, tout en s'accomplissant en tant que future prêtresse.

On part d'un postulat de départ assez original, car ici l'intolérance et l'ignorance sont dénoncées. On y découvre un monde moyenâgeux, où il peut faire bon vivre mais où à chaque instant ce bonheur fragile peut-être détruit par la cupidité et la bêtise humaine. Dorothea devra combattre les préjugés et sa condition de femme pour pouvoir se faire une place dans le milieu cruel des mercenaires.

Ce premier volume se contente de poser les bases de l’histoire et de présenter les divers personnages, ainsi que le monde dans lequel ils vivent. L’histoire n’en n’est donc qu’à ses prémices et la trame de fond se développera certainement dans le prochain volume. Les personnages sont assez attachants et on sent que la jeune héroïne a un très bon potentiel charismatique.

Le graphisme quant à lui est dynamique et net, les expressions sont très bien retranscrites et la mise en page judicieuse apporte un plus à l’œuvre.

L’édition quant à elle est de bonne qualité, une belle couverture, quelques pages couleurs sur papier glacé en début de volume, un papier et une impression de qualité pour un prix certes un peu élevé de 7€95. A noter quand même la présence de coquilles ou de fautes de frappe dans certaines bulles du volume.

En bref, un premier volume prometteur qui gagnera certainement en consistance scénaristique par la suite !

En bref

7
Dorothéa, Le châtiment des sorcières
opaline Suivre opaline Toutes ses critiques (800)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire