8
Kamisama

par yeong le lun. 7 mai 2012 Staff


Avis personnel :

Des neko et des lolis, j'ai pas pu résister ^^'
Et puis retrouver son c?ur d'enfant ne fait jamais de mal.

Aspect : Un format (21*15), une couverture simple annonçant le genre (3 lolis avec un gros neko). Il y a un résumé au dos. Le manga fait 112 pages si j'ai bien compté ^^.
Le manga est entièrement en couleur, la couverture est cartonnée et il se lit à l'occidental. Le papier est quant à lui de qualité bien supérieure à un manga "classique".

Dessin : Alors, les couleurs sont très douces (jamais prononcée) et l'aspect aquarelle est très plaisant. Le fait qu'il n'y ait pas de cadres autour des dessins donne une sensation de liberté au dessin. J'ai particulièrement apprécié les rendus du ciel. Les personnages sont dans un genre kawai et les animaux sont biens rendus.
Le style évoque clairement celui des Studios Ghibli.

Scénario : Le scénario se compose de 3 petites histoires mignonnes avec des liens avec des chats.
Clairement destiné à un jeune public, le manga aborde le thème de la perception du rêve et de la réalité dans "Lucy dans le ventre du chat". Dans le suivant, « Le chat-pluie », c?est à l?importance de la mémoire/l?oubli, qu?est amenée à réfléchir l?héroïne après sa singulière rencontre avec un chat loquace. Enfin, « Shimashima » évoque la dualité entre vie et mort. Dans chaque histoire on retrouve également les notions d?amitié et de confiance dans l?autre. Malgré ces sujets, une petite touche d'humour est tout de même présente.
Les sujets sont plus profonds qu?il n?y paraît et ce manga peut donc aussi bien être lu par un adulte.

Conclusion :
Ce livre très agréable à lire et invite à la rêverie et aussi à la réflexion malheureusement ce manga se lit trop vite (comptez 10 minutes).
Encore une fois, au plus que vous connaissez la culture Japonaise au mieux vous comprendrez les messages sous-jacents liés au chat (l'au-delà, la chance avec le Maneki-neko etc).

En bref

8
Kamisama
yeong Suivre yeong Toutes ses critiques (232)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire