Critique Manga 404 Démons #1

6
404 Démons

par MassLunar le jeu. 20 juin 2024 Staff

Né d'une pèche, réincarné dans un poussin

Momotarô est une figure populaire du folkore japonais dont la légende a déjà été cité dans différents mangas. Ce mystérieux garçon né d'une pèche est devenu un chasseur de démons aguerris en compagnie de ses amis...

La mangaka Mochi (dont le travail est inédit en France) puise directement dans ce conte du folklore japonais avec  404 démons , l'une des dernières nouveautés de chez Doki Doki qui semble apprécier comme le montre leur catalogue, les mangas sur la thématique de la réincarnation. 

Ainsi, nous faisons donc connaissance avec Momotarô, chasseur de démons de l'ère Edo, qui, avec l'aide de ses trois compagnons , vient à la rescousse des parasites démoniaques rongeant le corps des pauvres gens provoquant chez eux de graves maladies.

Mais un triste jour, Momotarô et ses amis tombent sur un démon beaucoup plus puissant , un adversaire qui parvint à les massacrer... L'issue aurait pu être tragique sans l'aide d'une intervention divine qui promet à Momotarô la réincarnation ainsi que l'immortalité pour l'un de ses compagnons en échange du sacrifice des deux autres...300 ans plus tard, un petit poussin nait d'une pèche. Ce poussin n'est autre que Momotarô qui aura fort à faire pour retrouver sa forme humaine !

Ainsi, débute la légende réincarnée de cette figure populaire au Japon qu'est Momotarô.

Avec humour et entrain, la mangaka Mochi retranspose donc la légende de Momotarô dans le Japon actuel. Même si la médecine et les humains se sont endurcis depuis l'ère Edo, les démons sont toujours présents et il faudra alors compter sur l'aide d'une organisation secrète de chasseurs les plus à même de les traquer et de les éliminer. 404 démons est un shônen , pour l'instant, loin d'être transcendant, avec son scénario de chasse aux démons assez classiques. L'intrigue repose sur des bases déjà revues avec cette nouvelle thématique de la réincarnation, une thématique qui ici s'associe avec le folklore japonais. 

La petite différence, c'est que cette fois le héros est réincarné sous la forme d'un poussin. Nous avons donc affaire à un héros tout mignon et tout rond qui se lance à nouveau dans la chasse aux démons en compagnie de son très vieux compagnon; Saruhiko;  le ninja un peu tétu devenu un homme assagi , calme et mélancolique. Momotarô, notre brave et perdue poussin fera connaissance également avec d'autres chasseurs comme le vaillant et un peu stupide Kaito...

Avec une pointe d'humour de caractère et de dessin où on s'amusera des expressions attendrissantes et désoeuvres de notre poussin de héros, ce premier tome de 404 démons est un début de shonen très correct qui aborde la traque démoniaque avec suffisament de gravité comme en témoigne ces corps rongés par des parasites rampants qui peuvent faire penser aux parasites de Pirncesse Mononoke ou encore le puissant démon dont le regard figé et la dentition de jais fait froid dans le dos. La mangaka ne possède pas un style très inspiré mais , graphiquement, l'ensemble demeure cohérent avec une bonne bascule entre le Japon de l'ère Edo et le Japon moderne.  Le côté mignon du poussin relève un peu la douceur d'un titre, loin d'être surprenant, mais qui pourrait peut-être relever plus de potentiel par la suite, surtout vu l'ampleur de la tâche.



En bref

Ce premier tome de 404 démons est loin d'être transcendant avec son énième intrigue de chasse aux démons et un chara-design peu surprenant à l'exception de certains personnages mais on passe tout de même un bon moment de lecture devant ce début de shonen relevé par sa touche Poussin et qui combine agréablement l'humour, l'action et les enjeux, le tout sur une toile folklorique amusante.

6
404 Démons
Positif

Réemprunt d'un fameux conte populaire du Japon avec un héros du folkore réincarné sous sa forme inattendue

De l'humour, des parasites démonaiques un peu dégueux et du combat, que demander de plus ?

Negatif

Scénario classique et un peu léger

Un dessin efficace mais plus ou moins inspiré.

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (564)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire