Critique Manga Mimizuku et le Roi de la Nuit #1

8
Mimizuku et le Roi de la Nuit

par MassLunar le jeu. 1 sept. 2022 Staff

Il était une fois une esclave et un démon

Mimizuku et le roi de la nuit est un manga autour d'une rencontre au cœur d'une forêt lugubre, la rencontre entre une jeune esclave en fuite qui ne souhaite qu'une chose : mourir et un mystérieux démon ailé à la belle et triste figure. La petite esclave avec une étonnante candeur demande à ce dernier de la dévorer mais le démon ailé refuse, préférant la laisser sur place...

Une chance pour Mimizuku qui en réchappant à la mort va découvrir cette forêt et les surprenants démons qui y réside comme le bienveillant Kuro et surtout cet intriguant Roi de la Nuit, ce même démon ailé que Mimizuku croisera à plusieurs reprises. Entre ces deux êtres solitaires, une amitié semble être sur le point de naitre alors qu'au delà de la forêt, l'humanité est en guerre. 

Les éditions Vega-Dupuis nous propose un nouveau titre de dark fantasy à l'allure d'un conte noir doux/amer partagé entre la grâce, la candeur et le lugubre, un titre dans la ligné de L'enfant et le maudit ... Ce premier volume nous expose doucement mais sûrement la rencontre entre deux êtres plutôt solitaires et isolés.

Mimizuku, plus particulièrement, est une héroïne fascinante. Meurtrie par sa vie d'esclave, la jeune fille ne possède pas moins une certaine candeur et une certaine légèreté. C'est ce paradoxe qui rend ce personnage bouleversant dès ce premier tome. Bien sûr, nous sommes touchés par la grâce de ce petit être vulnérable aux yeux éteints qui retrouve un semblant d'espoir et de joie à la vue du Roi de la Nuit. Mystérieux et charismatique à chacune de ses apparitions, Le roi de la nuit est parfaitement représenté par le dessin de Yu Suzuki qui soigne chaque plans dans lequel il apparaît dans lequel transparait son harmonie avec cette forêt. Côté dessin, nous sommes dans le domaine de la finesse avec une véritable mélancolie toute en beauté qui transparait dans ce paysage sylvestre, cadre idéal pour ce conte d'une rencontre. On appréciera ce jeu de clair-obscur qui donne une dimension envoutante à cette forêt dont les sentiers vont jusqu'à se noyer dans les ténèbres. Il y un jeu très élégant au niveau sublimant à chaque fois les rencontres différentes entre la jeune fille et le démon.

L'intrigue est elle-même traitée avec une certaine douceur. Les enjeux ne sont pas de suites exposés mis à part un petit aparté du côté d'un royaume humain dont on prévoit aisément  les futurs ravages mais ce premier volume se contente d'exposer tranquillement ses personnages dont on suit tout de même l'évolution de leur relation. Ne vous attendez donc pas à un titre très rythmé qui mise avant tout sur une progression subtile et une atmosphère délicate et ce en quatre volumes...


En bref

Ce premier tome de Mimizuku et le Roi de la Nuit exposé très tranquillement son intrigue à travers cette rencontre poignante entre une esclave et un démon, le tout sur fond de conte noir et mystérieux. Une petite magie se révèle dans ce premier tome, reste à savoir si le charme opérera jusqu'à la fin de la rencontre.

8
Mimizuku et le Roi de la Nuit
Positif

Un titre doux et amer porté par une jolie rencontre sur fond de forêt mystérieuse et inquiétante

Une joli ambiance de conte souligné par le dessin de Yu Suzuki (mention spéciale aux apparitions du démons)

Une héroine fascinante marquée mais qui évite en même temps le pathos.

Negatif

Une rencontre entre la candeur et la créature qui n'est pas des plus originales en soi

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (422)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire