Critique Manga Les Liens du Sang #11

9
Les Liens du Sang

par Auray le jeu. 12 mai 2022 Staff

Victime, témoin ou bourreau ?

Nul ne peut à présent ignorer Shuzo Oshimi. J'ai jeté un œil rapide à ses précédentes œuvres, et, on peut en dire une chose, il a passé un cap lors de l'élaboration de sa série, les liens du sang. Il y a l'ambiance, certes, oppressante, et surtout, son trait, reconnaissable entre tous, qui vous touche directement l'âme. Mais, attention, comme Seiichi, cela peut vous retourner le cœur. Lecteurs, vous voilà prévenu avant cette critique.

Les épisodes précédents ont réglé les problèmes psychologiques de la mère, et donc, du jeune garçon. Enfin, en partie, car, si elle est entendue par la police et les médecins, Seiichi, lui, est livré à lui-même. Rappelons-le, son père n'a jamais été, ou alors, très peu présent. Là-dessus, il a sa part de responsabilité. Et, c'est justement la mise en avant de ces non-dits qui font la valeur de cette série. On ne sait jamais ce qui est le pire. Celui qui agit dans l'intention de nuire ? L'homme qui ne fait rien ? Ou l'autre, le petit garçon qui n'a plus la force que de consentir ?

Sincèrement, je pensais une étape franchie une fois le cas de la maman mis de côté. Il n'en est rien. Le garçon n'a pas dit son dernier mot, et, c'est psychiquement au plus bas qu'il va se mettre à réagir, bien malgré lui. Les faits seront irréparables. Une finalité pour cette histoire macabre. Le tout est surprenant, et puis, on se dit qu'en fait, on aurait dû se préparer au pire.

Il faut dire que les dessins nous emportent encore une fois dans un ailleurs. Porteurs parfois d'espoir, avec ces petits papillons, puis, les visages nous disent en fait de faire attention. Ces petits blancs de la page qui se déchirent, en même temps que des lambeaux de peaux, nous donnent des frissons. Notre attention est à son apogée, et, on tourne rapidement les pages de cette histoire qui n'en finit plus de nous plonger dans les ténèbres de plus en plus profondes.

Si la première partie, on doutait encore, la deuxième nous assure du tout. Nous ne rêvons pas, l'acte barbare est sans retour, et, il a été accompli sans sentimentalisme. La punition, de mise, mais, on a beau se dire que tout n'est pas entièrement la faute du personnage, on ne peut quand même que condamner l'acte. Et la mère, que devient-elle ? Que pense-t-elle de tout ceci ? Nous le saurons bientôt... et on a peur d'avance de ce qui pourrait bien se passer. Personne ne devinera la suite, seul l'auteur le sait. Le lecteur patientera...

En bref

« En faisant de moi le bourreau tu te poses en victime. Mais en réalité, est-ce que tout ne serait pas de ta faute ? »

9
Les Liens du Sang
Positif

Un tome indispensable

Du grand art

Une ambiance prenante

Au tour de Seichii

La maman reste jamais bien loin

Negatif

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (695)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire