Critique Manga La princesse et la bête #5

8
La princesse et la bête

par MassLunar le lun. 20 déc. 2021 Staff

L''ombre d'un ami

Suite à sa dernière épreuve, notre chère Salifie a su gagner la confiance du duc de Galois. Une rencontre au dénouement surprenant et optimiste mais dont l'issue est pourtant nuancée par la détermination du conseiller Anubis, bien décidé à protéger son roi des "manipulations" de la jeune humaine.

Enfin ce tome se concentre essentiellement sur Anubis, l'un des personnages les plus retors de cette série et premier "antagoniste" de la relation entre Salifie et le roi. Ce volume dévoile le visage du conseiller, sur son passé et sa relation avec Leonheart. Un personnage fort intéressant que cet Anubis dont on découvre dans ce volume l'attachement et la profonde amitié qui le lie au Roi. Avec adresse et émotions, Yu Tomofuji nous décrit un personnage qui a surtout souffert de la mort de son père avant de devenir le conseiller du roi alors jeune prince. Leur relation franchira un cap décisif durant lequel on pourra constater la noblesse de coeur du futur roi. Avec ce volume, la mangaka prouve une nouvelle fois sa capacité à rendre des personnages secondaires plutôt attachant. Bien que la relation entre la princesse et la bête reste la thématique principal, les amis et ennemis qui gravitent autour n'en sont pas moins bien écrits. C'est le cas d'Anubis qui, malgré son caractère sombre et un peu fourbe, cache en réalité une loyauté à toute épreuve...

Un tome bien équilibré au niveau de l'intrigue qui glisse parfaitement le flash-back autour du conseiller tout en poursuivant l'intrigue principale avec un évènement décisif qui place le roi dans une périlleuse situation; Le roi des démons pourra alors compter sur l'aide de Salifie, véritable joyau d'empathie et de compassion. De même, on découvre aussi l'ombre d'un possible nouvel ennemi avec le juge Seto. Ce dernier apparaissait brièvement dans les précédents volumes. Plus présent dans ce tome, on devine la menace mystérieuse qui émane de ce personnage énigmatique...

Comme toujours, le dessin de Yu Tomofuji est un simple et bon plaisir avec une mention spéciale pour les traits juvéniles du roi et d'Anubis. Un côté mignon qui évite de tomber dans le kawai total grâce à une intrigue bien équilibré et touchante.

Bon sens du rythme, écriture fine des personnages, La princesse et la bête continue son chemin de qualité avec ce cinquième volume. 

En bref

En levant le voile sur le passé d'Anubis, la mangaka prouve une nouvelle fois l'importance qu'elle accorde aux personnages secondaires mais elle n'en oublie pas la relation entre l'humaine et le démon, une relation qui prend toute son importance durant les moments de crises et de vulnérabilité.

8
La princesse et la bête
Positif

Le personnage d'Anubis :: preuve du soin d'écriture accordé à tous les personnages

Le dessin juvénile de certains personnages

Les péripéties des derniers chapitre avec un Leon tout en vulnérabilité

Negatif

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (389)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire