8
Don't call it Mystery

par Tampopo24 le mar. 26 oct. 2021 Staff

Baskerville version Tamura

Il y a quelques mois, je disais mon plaisir de retrouver la plume et le style graphique de Yumi Tamura dans cette drôle de série ni tout à fait polar, ni tout à fait tranche de vie, avec son héros fortement inspiré d'un Sherlock moderne. Ce tome 2 vient confirmer ce sentiment de manière très positive.

L'autrice nous livre d'abord la fin du mystère du détournement de bus, avant d'emmener notre héros vers Hiroshima pour résoudre de nouveaux mystères. Toujours aussi bavard, celui-ci analyse tout et pose les questions qui font mouche. J'adore ses réflexions sur notre société. Je me sens souvent proche de lui. Ce qu'il dit des harceleurs-harcelés ou encore des schémas familiaux actuels et de la cérémonie de mariage me parle tout à fait ! Après, je reconnais qu'il parle beaucoup et que ça donne des planches assez chargées, ainsi qu'un tome qui met du temps à se lire, mais cela ne se ressent pas sur le rythme de la narration pour moi. L'autrice fait en sorte qu'on ne sente pas de longueurs et que tout s'intègre bien avec de jolis petits rebondissements le moment venu. C'est donc très plaisant à suivre. Et chapeau à la traduction qui est impeccable pour retranscrire les nombreux jeux de mots glissés par l'autrice justement pour complexifier et faire rebondir l'intrigue, ça n'a pas dû être chose aisée.

Mais pour revenir sur les intrigues suivies, j'ai beaucoup aimé celle assez longue sur le détournement du bus. L'autrice joue sur les apparences trompeuses. Elle lance son héros dans une sorte de polar à la Agatha Christie où dans un huis clos, elle cherche à percer les secrets les plus sombres de chacun pour les analyser et trouver la vraie crevure parmi eux. J'ai aimé le regard complexe posé ainsi sur les hommes et la société. C'était amusant de voir Totono y jouer les détectives aux côtés des kidnappeurs et de leur tête pensante, qui fait un bon compagnon pour notre héros. L'intrigue fut vraiment rondement menée.

Et la force de l'autrice est de garder cette ligne par la suite. Alors qu'on imagine que Totono reprend les rênes de sa vie après toute cette histoire, tandis qu'il se rend à Hiroshima pour enfin voir l'expo qu'il souhaite, il est à nouveau impliquée dans de nouvelles histoires en lien avec la précédente sans qu'il le sache. J'ai beaucoup aimé ce mélange d'histoire qui peut sembler brève et anecdotique avec une histoire plus vaste et complexe où les personnages sont tous connectés les uns avec les autres, comme le prouvent les dernières pages. Elle titille vraiment le lecteur ainsi en se demandant comment de tels liens sont possibles et ce qu'ils vont apporter à ce héros en construction.

D'ailleurs, j'ai trouvé qu'au fil des pages, Totono devenait plus sympathique, moins antipathique et plus humain derrière son visage froid. C'est en fait quelqu'un de très intelligent, très logique, qui semble tout voir sous le couvert de mécanismes, équations logiques, d'où ce côté décalé qu'on peut ressentir chez lui. Ça me parle totalement. Mais à côté, il a aussi de brefs moments où il est très humains et touchant, comme lorsqu'il aide cette petite fille ou parle de sa relation avec Garo. J'ai hâte de voir comment il va évoluer.

En bref

Yumi Tamura poursuit ainsi avec succès cette saga intrigante et prenante où les réflexions qu'elle fait sur notre société contemporaine me parlent totalement. J'aime la richesse de ses réflexions. J'aime l'aura complexe et humaine de ses histoires. J'aime l'évolution de son héros. Je n'ai qu'une hâte, enchaîner les histoires !

8
Don't call it Mystery
Positif

Retrouver la plume, le style de Yumi Tamura

Des histoires creusées et surprenantes

Une dimension psychologique percutante

Des réflexions sur notre société intéressante

Un héros qui évolue

Negatif

Une narration très bavarde

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (668)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire