9
Alma

par Kikô2401 le mar. 6 juil. 2021 Staff

Retour parmi les humains

Présentation

Ce deuxième tome de la série, qui en compte quatre en tout, se centre sur Ray et la commandante Lukyana.

La fin du premier tome, nous avait laissés sur notre faim : Ray, qui est le « zéro » – on ne sait pas trop encore en quoi ça consiste – avait réussi à venir à bout des gijins (les robots). Lukyana lui pose alors plein de questions. Maintenant qu’elle a trouvé le « zéro », elle décide de rallumer le net, qui était resté discret depuis 50 ans. Elle prend alors le risque que le sgijins interceptent le signal mais c’est un risque à prendre pour rallier la dernière ville de l’humanité : Moscou.

Arrivés sur place, Lukyana demande à Ray de ne faire confiance à personne et de ne rien dire à personne au sujet de Trice, son amie gijin l’ayant élevé.

Ce nouvel épisode présente de nouveaux personnages, comme les deux grands frères de Lukyana, Finn et Arias, leur père, Herr Konstantin, chef vénéré des allemands mais aussi Rucci ackermann, soldat allemand qui fait découvrir à Ray, mais aussi au lecteur, la ville de Moscou, notamment au niveau de l’organisation politique.

Cette dernière ville de l’humanité est composée de 7 pays : Allemagne, France, Russie, Angleterre, Turquie et 2 autres pays du Moyen Orient. La majorité de la population vient de Turquie, Russie et Allemagne.

Lukyana passe en cours martiale pour désertion. Elle est jugée pour avoir battu en retraite à Bucarest alors qu’elle devait défendre la cité.

La rencontre entre Ray et le père de Lukyana est épique, un combat a lieu entre les deux protagonistes car Herr Konstantin veut tester ce nouveau « zéro ». En effet, il y a 30 ans de cela, Herr Konstantin avait déjà fait équipe avec la précédente « zéro » et avait pu pénétrer l’ALMA.

Pour avoir une chance d’approcher l’ALMA à nouveau, il faut s’associer aux « superclass », qui sont des asiatiques ayant échangé leur corps de chair pour un corps de gijin. Il s’agit de nomades (ayant abandonné leur territoire) et voyageant dans le ciel. Ils répondent au nom de JIA et cette description rappelle des souvenirs à Ray.

Analyse

Ce tome est moins lent que le précédent. Le premier se déroulant en extérieur et plutôt de manière solitaire soulignait cette impression de lenteur. Dans ce deuxième tome, l’auteur, Shinji MITO, dévoilé davantage de points d’ombre mais reste encore évasif sur le « zéro » et l’ALMA.

Il est d’ailleurs découpé de manière différente car il est composé de 10 chapitres alors que le premier tome n’en comptait que 6.

Ce tome est davantage centré sur Lukyana. On en apprend d’ailleurs davantage sur elle, à travers la présentation faite par le juge de la cour martiale mais aussi à travers de nombreux flashback. Il s’agit d’une jeune fille brillante qui a renié sa famille à l’âge de 13 ans.

Ray est aussi sujet à des flashback mais davantage pour appuyer la nostalgie qu’il éprouve par rapport à sa vie d’avant sa rencontre avec de nouvelles personnes.

Dessin

Les dessins sont toujours agréables. J’ai trouvé certains dessins un peu plus bâclés que dans le premier tome, comme si l’auteur avait voulu aller vite dans la réalisation de cet opus. Les dessins en page pleine ou en double pages sont toujours aussi sensationnels.

Impressions

Ce manga est toujours une bonne découverte. C’est très plaisant d’être plongé dans cette ville de Moscou et d’apprendre la nouvelle organisation politique de la ville et du reste de l’humanité.

Par contre, j’ai trouvé qu’il y avait trop de blabla par moments et on se noie dans beaucoup d’informations qu’il faut digérer.

En bref

Ce manga de Shinji MITO est encore une fois un gros coup de cœur ! Son univers SF correspond complètement à mes attentes. Malgré une légère baisse au niveau du feeling durant la lecture - mais très faible -, j’ai hâte de lire la suite des aventures du « zéro » en août prochain !

9
Alma
Positif

les dessins, notamment les décors et les pleines pages

la SF

Negatif

trop de blabla

des dessins parfois bâclés

Kikô2401 Suivre Kikô2401 Toutes ses critiques (30)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire