9
Blue period

par Sachiko-chi le lun. 29 mars 2021 Staff

"Le dessin est un vecteur beaucoup plus fort et efficace que les mots."

Si j’avais beaucoup aimé le premier tome, ce deuxième est un coup de cœur ! J’ai adoré ce tome, et toutes les idées qui ont été développées. Des messages forts, intéressants et d’actualités sont mis en avant, et ça vient vraiment secouer durant la lecture.

Le récit de ce tome 2 ne va plus trop se concentrer sur le lycée, bien que l’on ait quelques scènes qui s'y déroulent encore pour notamment motiver Yatora a poursuivre sur cette voie de l’art et intégrer une faculté d’art. Au lycée, il y trouve le soutien nécessaire comme avec leur professeur d’art ou encore le personnage de Mori, qui vient apporter un petit plus.
Mais si on ne le suit pas trop au lycée, on voit Yatora qui continue de s’exercer, et qui a rejoint des cours du soir pour pouvoir se présenter au concours pour l'université Geidai. Ces cours du soir nous permettent de rencontrer de nouveaux personnages haut en couleurs, vraiment doués avec des techniques originales qui surprennent notre protagoniste. Certains de ses étudiants sont plus ou moins agréables. On va aussi pouvoir revoir le personnage de Yotasuke. On avait déjà pu rencontrer ce dernier dans le tome précédent, et qui s’était révélé comme un concurrent de taille pour notre protagoniste.
On découvre aussi un nouveau personnage qui est Hashida, j’apprécie beaucoup le caractère de celui-ci, qui est vraiment calme, posé, et plein de bons conseils. Il va vraiment l’être pour Yatora, et pour lui faire changer sa façon d’appréhender l’art. C’était déjà présent dans le tome précédent mais j’aime beaucoup la réflexion de Yatora sur l’art, et ici on rajoute les musées, les expositions. C’est un domaine qui semble fermé, difficile à cerner voire même inaccessible, mais c’est seulement que les personnes ne prennent pas le temps de s’y intéresser. Bien au contraire, c’est simple, dans le sens où chacun peut avoir sa propre interprétation et son propre point de vu sur une œuvre. Yatora fait de nouveau ce rappel dans ce tome, et c’est vraiment super agréable !
Mais il n’en reste pas moins que quand on se lance, c’est très difficile de tout saisir d’un coup et c’est beaucoup de travail. Et ce travail peut attirer les jalousies, ce qui rend les rapports avec d’autres personnes plus difficiles, et Yatora va le découvrir à ses dépends….
Ce protagoniste est vraiment un personnage que j'apprécie de plus en plus, au fil des pages. Il arrive à porter une bonne partie de ce titre, et il fait vraiment preuve d'une grande détermination ! Surtout la fin, on sent qu'il est prêt à tout, et qu'il va persévérer dans ce qu'il aime. C'est un protagoniste plaisant avec ses forces et ses faiblesses !

Une autre chose que j’ai beaucoup aimé avec ce tome, c’est le relationnel de Yatora avec ses parents. Je pensais qu’ils étaient beaucoup plus ouverts d’esprit et d’accord pour le laisser suivre sa voie, mais sa mère n’est pas vraiment de cet avis… Il y a toute une réflexion intéressante sur les sentiments, les craintes d’une maman quand il s’agit de l’avenir de son enfant, aucun parent ne souhaite voir ses enfants échoués. J’ai vraiment aimé le développement de ce point de vu, mais surtout comment notre protagoniste l’a analysé, ça m’a vraiment plu et touché, et la maman aussi m’a beaucoup touché.

Ce qui fait une des forces de ce tome, c’est le traitement de Ryuji… Ce jeune homme qui aime porter des vêtements féminins, qui aime tout ce qui est mignon, et qui est aussi homosexuel... Et il se retrouve confronté à une société qui n’accepte pas cette partie de lui, et lui aussi m’a beaucoup touché… C’est vraiment percutant de voir ce personnage faible, et attaqué par des personnes qui se sentent “normales”... Même pour Yatora, même si ce n’est pas le grand amour avec ce personnage, il se rend compte des épreuves qu’il doit affronter en tant qu’être humain pour se faire accepter, et c'est ça qui n'est pas "normal"...

Ce tome 2 nous présente tout de même de nouvelles techniques de dessins, de composition d’une œuvre notamment. C’est toujours aussi plaisant de pouvoir découvrir tout ce domaine de l’art en tant qu’acteur et non comme spectateur. On apprend à découvrir aussi les difficultés de l’art, et puis surtout à y poser un nouveau regard, et nous aussi à l’appréhender d’une autre manière, certaines œuvres plairont à d’autres mais elles ne plairont pas à tout le monde.
En tout cas, cette saga je ne peux que vous la recommander si vous appréciez l’art, et si ce domaine vous intéresse, je vous encourage à la découvrir !

En bref

Ce tome 2 est un coup de cœur, il met toujours en avant l'art avec des techniques, et des compositions différentes. Mais il ne s'arrête pas là, il met en avant des idées percutantes comme accepter autrui comme il est et il a envie d'être. Ce titre défend toujours l'art, en le rendant accessible à tous ceux qui s'y intéressent.

9
Blue period
Positif

Des dessins qui collent à l'ambiance

Un récit qui mêle bien des idées à défendre, la vision de l'art

Les techniques et les compostions sont toujours bien expliquées

Les relations avec la famille

Un titre qui permet d'aborder l'art

Un protagoniste plaisant avec ses forces et ses faiblesses

Negatif

Sachiko-chi Suivre Sachiko-chi Toutes ses critiques (200)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire