8
Les Carnets de L'Apothicaire

par Auray le sam. 27 mars 2021 Staff

Au cœur du sujet

Après ma lecture du tome deux des carnets de l'apothicaire, j'ai trouvé que l'on avait passé un cap. Le premier m'avait plu, mais il m'avait manqué des repères plus officiels sur la grande histoire de Chine, et c'est dommage de ne pas lier le tout à un bonus de ce genre malgré que ça soit une Chine fantasmée. Depuis, je m'y suis fait, et j'ai pu me laisser embarquer dans les aventures de Mao Mao, au cœur du Palais Impérial !

Désormais goûteuse officielle de Gyokuyo, la petite va vite mettre ses capacités à connaître les plantes, et notamment les poisons, au service d'une des favorites de l'Empereur, Lifa. Effectivement, celle-ci se rapproche de jour en jour de la mort.

Par la suite, un autre défi l'attend, comme s'intégrer au mieux auprès des autres dames de compagnie, et ça, pour quelqu'un qui souhaite passer inaperçu depuis le début, ce n'est pas gagné ! Pourtant, on voit la jeune apothicaire donner des astuces contre le froid aux filles lors d'une grande réception en plein air. Et justement, on y apprend à ce moment-là des petites anecdotes sur les coutumes entre les hommes et les femmes de ce monde. Mao Mao est la première surprise et interrogatrice, comme le lecteur, et c'est ludique.

De plus, on voit enfin celle-ci officiellement, et face à un grand public, lors d'une dégustation de plats plus savoureux les uns que les autres, pourtant, c'est officiellement pour voir s'ils contiennent des substances mortelles pour Gyokuyo. On se met à la place de ces personnes qui ont réellement vécu ce genre d'horreur. Notre héroïne, elle, par son passé, aime le danger et la saveur qu'il peut avoir en bouche. Y avait-il vraiment ce genre de caractère ? Iic, c'est peut-être plus une question de survie...

Autre chose, mais concernant cette fois les planches de Nekokurage. Elles sont encore plus de qualité par rapport au volume précédent. Les décors, les lieux, les costumes, les visages, les expressions, franchement c'est un sans-faute. C'est propre, et on s'arrête souvent admirer les paysages ou Mao Mao. Vous avez bien lu, la petite a en fait une beauté cachée qui approfondira vraiment le personnage lors de ses explications. Vous verrez par vous-même, quant à moi, j'ai hâte d'en savoir un peu plus.

J'ai aimé lire, mais surtout regarder les carnets de l'apothicaire. La réception nous fait passer un moment hors du temps. On resterait bien là à se prélasser, avec des chaufferettes, à gouter des plats empoisonnés. Heu... non ! Oubliez ce que je viens d'écrire en fait ! Notre place de lecteur nous convient parfaitement, et on en redemande, mais de loin, afin de contempler à nouveau, le pavillon de Jade.

En bref

« J'espère... que j'ai été claire ! »

8
Les Carnets de L'Apothicaire
Positif

Les dessins sont un des gros avantages

Mao Mao est pleine de surprises

On apprend doucement, mais surement, les mœurs des dames du Palais Impérial

Negatif

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (551)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire