8
Dans l'intimité de Marie

par ivan isaak le mer. 20 mai 2020 Staff

Isao s'éclate

Après un premier volume convaincant et maîtrisé, Shuzô Oshimi doit relever un défi de taille avec ce second volume puisque ses personnages feront face à des situations toujours aussi « casse-gueule » pour l’auteur. Va-t-il tomber dans le piège de la facilité ou s’en sortira-t-il avec brio une nouvelle fois ?

Isao est toujours dans le corps de Marie et doit s’habituer à vivre la vie d’une lycéenne plutôt populaire, lui le chômeur sans avenir. Et si Yori semble vouloir l’aider, il a encore du mal à comprendre pourquoi cette jeune fille, à l’écart de Marie au lycée, s’inquiète autant pour celle qui ne peut même pas être qualifiée d’amie… Les deux « jeunes filles » vont faire équipe pour trouver un lien entre Marie et Isao et vont faire des découvertes… déconcertantes. Quant à Isao, il va se prendre au jeu d’une sortie entre lycéens, à la grande colère de Yori.

Shuzô Oshimi s’en sort une nouvelle fois à merveille dans ce second volume. Les passages qui auraient pu tourner au vulgaire et/ou au voyeurisme sont traités ici avec tact et le mangaka réussit à ne pas tomber dans le panneau de la facilité. Beaucoup de mystères dans ce volume, avec des éléments de réponses autour de Yori, une personnalité de Marie qui s’étoffe encore et toujours aucune nouvelle ni de « l’âme » de Marie ni du « vrai » Isao. L’auteur a donc encore beaucoup de choses à nous dire, et c’est tant mieux. Côté dessin, Oshimi maîtrise toujours aussi bien son style, ce qui rend la lecture parfaitement fluide.

En bref

Ce tome 2 coche toutes les cases d’un volume maîtrisé dans son fond et sa forme. Malgré son sujet délicat à traiter, Shuzô Oshimi nous livre une histoire qui intrigue, interroge, et donne envie d’en savoir plus. Du bon boulot.

8
Dans l'intimité de Marie
Positif

Oshimi maîtrise son sujet

Trait réaliste et efficace

Psychologie des personnages travaillée

Negatif

Mais où est Marie ?

Mais où est Isao ?

ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire