Critique Destins parallèles 1

Destins Parallèles –version Elle

On fait la connaissance de Chihiro, nouvelle étudiante à l’université de Rakuhoku. De nature timide, réservée, introvertie pourrait-on dire, elle manque d’assurance et d'expérience. Complexée depuis le primaire à cause de moqueries répétées de gamins idiots, elle se juge moche et sans attrait. Jusqu’au jour où le destin décide de lui venir en aide.

Le début nous offre une jolie découverte des rues cachées de Kyôto, Chihiro a perdu son miroir et le cherche partout. Cet objet anodin est le point de départ des deux versions de Destins Parallèles. Malheureusement, sa mamie vient de le vendre à un jeune homme qui s’impatientait de l’offrir à sa « véritable âme sœur ». Chihiro se fait donc une raison tout en espérant un jour en son for intérieur avoir la chance d’être l’âme sœur d’un garçon. Bien qu’elle se trouve ni jolie, ni à même de mériter l’amour de quelqu’un. Une idée préconçue et condamnée par Kaho, une connaissance du Lycée qui affirme qu’avec un peu d’effort, elle ferait craquer tous les cœurs. Vêtue alors à l’ancienne pour le club de photo, maquillée et la frange coupée, Chihiro se découvre sous un nouveau jour. Les compliments affluent et elle s’estime pour la première fois.

Lorsque surgit sur sa route un garçon maladroit. Bousculade, déséquilibre, surprise et chute, Chihiro se retrouve nez à nez avec son miroir vendu quelques jours plus tôt. Elle le regarde ébaudie, le tend vers son nouveau propriétaire quand celui-ci contre toute attente lui offre, sourire aux lèvres. Chihiro se souvient alors des paroles de sa grand-mère et romantique, son esprit s’imagine tout un tas de choses. Elle rêve de ce garçon anonyme, s’en amourache sitôt. Elle le prend pour modèle, si admirative de ce qu'elle considère comme de la détermination. Elle prie et prend à son compte les signes du ciel. Elle le revoit de manière éphémère au cours de ses journées d’errance en solitaire (oui dans cette série, les étudiants n’étudient jamais) et interprète ses propos de travers. Le lecteur qui a lu la Version –lui sait qu’il s’agit là d’un énorme quiproquo. Une erreur de point de vue qui fait battre le cœur de Chihiro à grande vitesse. Cependant, cette « histoire » qu’elle croit d’amour modèle son courage, atténue sa timidité. Elle prend confiance en elle, soutenue par une fille en 2ème année Haruka, pleine d’énergie et de rêves. Elle veut croire en ses chances et en sa destinée. Fleur bleue, Chihiro joue presque le rôle de princesse qui attend son prince charmant.

On s’attache à elle, tout de suite. Son visage, ses expressions, sa réserve vis-à-vis d’elle et des autres nous font craquer facilement. Sans oublier que les personnes qui gravitent autour d’elle sont toutes plus intéressantes les unes que les autres. Contrairement à la Version –lui- où tout le monde est antipathique, ici on se prend au jeu de leurs espérances et on prie avec eux que leurs vœux candides se réalisent. Même, les dessins offrent plus de maîtrise, de douceur, de nostalgie. Daisuke Imai s’applique dans les détails, Kyôto est vraiment mise en avant, Chihiro est mignonne physiquement. Les sourires sonnent vrais et sincères. On est complice de l’histoire et on a qu’une hâte, lire la suite.

8
Une version -elle- bien plus aboutie que l’autre version. Qu’il s’agisse du cadre (Kyôto) ou des personnages, l’auteur nous emmène faire une jolie balade. Chihiro comme chef de file nous passionne dès les premières pages. Sa naïveté, sa candeur nous touchent et on lui souhaite le meilleur. Même, si l’on sait qu’elle se trompe dans les signes tombés du ciel et que peut-être aussi on juge son cœur parfois trop tendre, on aspire à son bonheur. Et, au bonheur de ses amis qui sont tout aussi attendrissants qu’elle. L’émotion est au rendez-vous dans ce premier tome.
  • Chihiro
  • Kyôto
  • L'émotion vraie
  • La nostalgie éprouvée
  • Le coup de foudre quand on ne croit pas aux coups de foudre.

Achetez Destins parallèlesT.1 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par KssioP

Continuellement l'esprit ouvert, je n'exclue aucun genre si ce n'est peut-être le genre guimauve ou Arlequin. J'aime cependant ce qui est différent, ce qui surprend. Rêveuse dans l'âme et aventurière chevronnée avec une manette en main, ma table de chevet se couvre de mangas, de romans, de cd's et d'une feuille de papier. Et bien souvent aussi d'un biscuit accompagné d'un thé car lire c'est certes bien mais avec confort et gourmandise c'est juste parfait.

Contenu associé

Destins parallèles (Manga), Destins parallèles T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

11 commentaires

Avatar de Niwo

Désolé de te le dire Déesse mais, je n'ai jamais compris pourquoi tu parlais comme si tu détenais la vérité absolue. Je ne défends pas ce gamin en soi, j'essaie juste de nuancer le propos. Et tu disais de lui qu'il était apathique, mais t'as aucune compassion pour les gens qui ont fait une erreur (dans les exemples que t'as utilisés du moins), c'est assez paradoxal.

Leur soit disant passé traumatisant hein... Pourquoi tu dénigres ce qu'ils vivent ? Certes, ces gens ont sûrement ça en eux, mais oui le passé peut être déclencheur.

Comme les psychopathes : Il y en a BEAUCOUP, mais tous ne vont pas faire des actes horribles. Et généralement, on constate que ceux qui tournent mal ont eu un passé plus lourd que la moyenne. Certes, on ne peut pas tout excuser par ça : Ils ont le "syndrome" au départ, mais ça reste quand même un élément à prendre en compte. Et il faut aussi laisser une chance à ceux qui veulent changer. Yukichi par exemple, qui ne sait simplement pas comment faire.

Pour les tomes séparés, je ne suis pas d'accord avec toi. Certes on peut n'en lire qu'un et basta, mais ils se complètement quand même. Pour moi, l'un n'existe pas sans l'autre. Aurais-tu eu le même ressenti du "Elle" si tu n'avais pas lu le "Lui" ?

Avatar de Derelict

PS2 : même si on peut avoir des avis divergents, j'apprécie le coté franc et sans concessions des chroniques de Déesse.

Avatar de Derelict

chacun a son ressenti sur Yukichi et bien sûr, l'affect que l'on éprouve pour le personnage pèse grandement sur l'avis qu'on peut avoir sur le manga je respecte ça, mais ce que je voulais dire, c'est que même si il va rebuter certain(e)s lecteurs/lectrices au début, je trouve qu'il est bien écrit, et qu'il est plus nuancé qu'il y parait même si sur le fon je reste d'accord avec toi Déesse, au début il n'a que ce qu'il mérite sauf que suite aux doubles révélations/trahison d'Hinata et de son "pote" on peut difficilement se dire qu'il est le seul responsable .Comme dit Niwo il est "Incapable de se remettre en question" au début, piégé par ses propres faiblesses et ses échecs, qu'il essaye vainement de cacher derrière cette attitude hautaine et méprisante notamment envers les petits nouveaux du club. Mais quand il se rend compte enfin qu'il est la fois le problème et la solution de son attitude et de son incapacité à avoir des relations sociales normales, je peux pas m’empêcher de le trouver touchant ( comme la scène du premier rdv avec le coup des 5 min en avance et du livre par exemple ) .
Je trouvais juste que c'était un point départ interessant pour un personnage, il a une grosse marge pour évoluer et on sent qu'il veut changer.
PS :En tout cas c'est intéressant de voir comment d'un lecteur à l'autre, le ressenti est radicalement est différent.

Avatar de KssioP

"J'ai méprisé un bon nombres de personnes ?" Tiens, première nouvelle !
J'ai méprisé que ceux qui justifient tous leurs actes par leur soit disant passé traumatisant. Comme Yukichi que tu essaies de défendre alors que y'a rien à défendre.

Et oui quand on me vend une série dont le but est clairement de mettre lui ou elle (yukichi ou chihiro) en valeur, forcément je vais juger la qualité du tome sur le personnage en question. A un moment donné faut arrêter de déformer mes propos comme ça vous arrange. Je n'ai rien généralisé, j'ai critiqué Yukichi et son caractère détestable (et encore le mot est faible) et par extension le tome qui lui est consacré. Si l'auteur s'est donné la peine de faire deux versions bien séparées c'est qu'il ne s'agit par de seulement juger le tout, sinon il aurait réuni les deux versions dans un seul tome. Il laisse libre au lecteur de lire "lui", ou "elle", ou les deux. J'aurais pu alors me contenter de ne lire que lui et comme dit eenangel, j'aurais clairement laissé tomber avant la fin tellement à chaque page j'ai envie de baffer le perso.

Après chacun est libre de son interprétation, mais j'avoue que j'ai du mal à comprendre en quoi vous trouvez Yukichi intéressant. Je ne lui ai trouvé que des défauts.

Avatar de Niwo

Justement, c'est un ensemble. Vous n'auriez pas le même ressenti du "Elle" sans le "Lui". Pour moi, c'est justifié. Puis même s'il est détestable, ça fait partie du truc. Après, à voir si la suite l'arrangera ou non, si ça aura du sens ou non, mais peu importe.

Le problème c'est qu'il faut faire du cas par cas. Et Déesse n'en a pas fait dans son message, généralisant et méprisant un bon grand nombre de personnes. Le passé ne représente pas la personne dans son ensemble mais peut la changer. Je ne parlais pas en soi du titre pour cela mais + des exemples qu'elle a cités. Mais en effet, quand l'enfant pense qu'une chose est normale à cause de son entourage, ça devient naturel pour lui.

Pour Yukichi, il fuit juste la réalité selon moi. Incapable de se remettre en question, préfère remettre la faute sur les autres : Comme beaucoup de gens en soi. Les remises en question, c'est assez rare. Mais je pense que ça finira par changer, après tout, l'amour fait des miracles -enfin, s'il arrive à voir autre chose que son propre nombril-.

Avatar de eenangel

Je trouve ça assez normal de jugé la qualité d'un manga en partie sur son personnage principal puisque l'oeuvre sera construite autour de se dernier. Et si tu fais un personnage sans queue ni tête ou désagréable au possible cela impactera sur le ressenti et la qualité du manga.
Si la version "Elle" n'existait pas j'aurais déjà mis en vente la version "Lui" et clairement pas acheté le tome 2. Mais la je vais lui laisser une chance mais une seule xD.

Et je ce ne suis pas de ceux qui dise que que le passé n'excuse rien, effectivement l'environnement qui nous fait grandir va nos forgé quelques peu mais il ne faut pas aller dans cet extrême la non plus ce n'est pas parce que tes parents sont alcooliques, fumeurs, raciste j'en passe et des meilleurs que tu le seras. Pareil ce n'est pas parce qu'il sont catholique que tu le seras. Par contre si tu nais dans un pays ou les chiens sont traité comme de la merde et que tout le monde autour de toi les traite comme de la merde il y a de grande chance que tu trouve normal de traiter les chiens comme de la merde (chien est a remplacer par un peu n’importe quoi...).

Mais dans ce cas la cela n'a rien a voir Yukichi à peut-être ne partie un entourage malveillant mais ce n'est pas ce qui a fait de lui la personne méprisable qu'il est. Il l'était certainement bien avant d’être autour de ses prétendu amis. Et ce n'est pas en ce comportant de la sorte qu'il s'entourera de personne honnête. Donc pour moi il mérite quand même plutôt le retour de bâton.

Avatar de Niwo

Donc tu juges la qualité d'un tome sur la personnalité du personnage principal? Je veux bien que ce soit un élément significatif, mais de là à en parler ainsi...
Chacun est libre de ses actes, oui et non. T'es en droit de détester la société et de dénigrer ce genre de personne mais tu devrais être un peu plus consciliante, car oui, le passé a des effets sur le comportement d'une personne et même si ça n'excuse pas tout, ça change la donne.

Avatar de KssioP

"L'entourage malveillant de Yukichi": je suis vraiment pas d'accord avec toi Derelict. Personne l'a forcé à traîner avec un tel ou untel. Yukichi envoie tout le monde balader, on le voit clairement dès le début quand arrivent les nouveaux. Personne le supporte et on comprend pourquoi. Non, ce gars est détestable et c'est SA faute à lui, pas aux autres. C'est trop facile comme excuse ça me rappelle ces mômes qui font des conneries et au tribunal on dit: "mais c'est pas sa faute, il est pauvre, il n'a pas de père et en plus, sa petite sœur le martyrise." Ou ces meurtriers qu'on justifient en disant: "son papa lui mettait des baffes à longueur de journée, c'est pas sa faute monsieur le juge" -_- Ou mieux: "c'est pas sa faute si'il a tué des gens avec sa voiture, il avait bu"
Bref, Yukichi a les amis qu'il mérite, c'est tout. A toujours dire haut et fort que les gens sont des "abrutis" (je le cite) et que lui est si génial et intelligent, le meilleur, faudrait être dingue pour vouloir entrer dans son cercle. Forcément qu'après il tombe de haut, mais c'est honnêtement bien fait. Et je ne connais pas la suite mais à ce stade Chihiro qui en est tombée amoureuse via un énorme quiproquo, je me demande bien ce qu'elle va pouvoir lui trouver quand elle connaîtra son vrai caractère. A moins qu'il change, mais dans son cas faut tout changer, alors s'il change d'un seul coup, qu'il fait un revers à 180° du jour au lendemain, je vais peut-être pas y croire.
J'ai mis 6 à la version lui grâce aux apparitions succinctes de Chihiro, sinon c'était 4 direct.

Avatar de Derelict

Le -elle- est aussi très plaisant à lire, plus doux que le -lui- c'est sûr, mais franchement le -lui- est pas moins bon, oui Yukichi est un peu insupportable sur les premières pages, mais quand on voit l'environnement dans lequel il évolue ( après est ce de sa faute si les gens se comportent comme ça avec lui, ou l'inverse, ou un mélange on saura jamais vraiment ce que l'auteur souhaitait créer comme point de départ ) on cerne mieux le personnage, à l'inverse Chihiro va évoluer autour de personnages qui vont la soutenir, de ce fait ils sont bien plus amicales pour le lecteur indéniablement.
Perso j'ai bien aimé qu'il y ait justement une grosse différence entre l'entourage "malveillant" de Yukichi dont il veut s'extraire, et l'inverse l'entourage "bienveillant" de Chihiro, la série aurait été moins agréable lire si de son coté Yukichi avait au départ un environnement bienveillant, au moins là ça nuance, et y a pas de sensation de redite entre les deux persos, au départ tout les oppose, que ce soit leurs caractères mais aussi tout ce qu'il les entoure.
Perso c'est minimum du 8/10 pour ces 2 premiers tomes.

Avatar de eenangel

J'ai pris beaucoup plus de plaisir à lire "elke" que "lui". Dans lui je trouve les personnages horripilant au plus haut point, je n'aime pas du tout ce type de caractère. Du coup je l'ai presque lu contraint et forcé sans grand intérêt. En scrutant les moments ou Elle apparaît.
Inversement dans Elle le ton est bien plus sympathique, les gens sont aimable c'est bien plus plaisant à lire. Et Lui est apparu plus supportable du coup.
À voir ce que les tomes 2 vont apporter.
Sinon cette histoire en 2 tomes avec des points de vue différents est très bien faite j'ai bien aimé.

Avatar de Niwo

Perso, j'ai préféré éviter de le prendre comme ça. Je dirais + que le développement de chaque tome correspond à l'importance du personnage. J'ai trouvé ça assez bien fait d'ailleurs, je sais pas si j'aurais été capable d'écrire une double histoire comme ça ^^. Après, le mec est un peu vide donc le ressenti du lecteur l'est sûrement un peu aussi.