8
La petite fille aux allumettes

par Niwo le mer. 5 avril 2017 Staff

Dans La petite fille aux allumettes, chaque chapitre correspond à une histoire différente. Le principe est simple : Rin, la petite fille aux allumettes, propose de vendre 50 allumettes chimériques en échange d'une année de vie. Ces allumettes permettent à son propriétaire d'exaucer ses rêveries et ainsi, améliorer sa vie, d'une certaine manière.


Au début de l'histoire, j'étais assez perplexe quant au but de l’œuvre. Le premier chapitre (et donc, la première histoire) peut déjà rendre réticent les lecteurs qui, à tort, vont penser que ce manga est des plus inintéressants. Or, cette première rêverie très simpliste est uniquement là pour présenter le concept. Cela peut paraître absurde, mais en faisant ça de cette manière, l'auteure permet au lecteur de s'habituer à l'histoire sans avoir affaire à une partie trop complexe, qui l'empêcherait de se concentrer sur les informations essentielles à la bonne compréhension du manga dans son ensemble.


Ce premier chapitre se concentre sur Osamu Akitsu, 16 ans, qui rêverait de devenir populaire. Rêve assez superficiel, tout au long du chapitre, il utilisera ses allumettes pour atteindre son but. Ce qui laisse un sentiment de déception et c'est seulement les dernières pages du chapitre qui permettent de comprendre le réel sens du manga (qui ne sont pas présentes dans l'extrait en ligne). L'intérêt de l’œuvre ne réside pas dans les rêveries en tant que telles dans ce premier tome, mais dans la morale qui en découle : Pour Osamu par exemple, le fait de souhaiter devenir populaire, de vouloir être aimé de tout le monde, aura un effet qu'il n'avait pas prévu. D'une part, les femelles animales en auront après lui également, et d'autre part, une des filles le séquestrera pour le garder uniquement pour elle. Cela peut paraître banal, mais grâce au texte qui accompagne le dessin, on comprend qu'il y a une certaine critique de la société derrière chaque histoire et c'est fait de manière très intelligente.


Ce qui est appréciable, c'est que chaque histoire est différente. Dans tous les cas, il y a une certaine morale derrière mais, le but de la personne n'est pas forcément mauvais de base. Par exemple, un jeune garçon a utilisé les allumettes pour faire le bien, mais étant donné que celles-ci réalisent ses rêveries, lors de sa dernière tentative, il a fait apparaître un monstre géant qu'il a décidé de combattre par lui-même. De ce fait, premièrement, ses choix ont eu une conséquence fâcheuse. Mais également, Rin a apporté une information clé au lecteur concernant ce jeune garçon : Même s'il voulait faire le bien, son cœur n'est pas pur, car il voulait avant tout la reconnaissance que ceci apporte.


Les autres histoires sont toutes aussi singulières et apportent une réflexion différente à chaque fois. Il y a également quelques rebondissements qui permettent d'immerger le lecteur malgré le fait qu'il puisse être plutôt perdu par moment, à cause du manque de lien des éléments entre eux.


Mais en réalité, la fin du tome m'a un peu rassuré. J'ai énormément de mal avec les histoires sans fil conducteur puisqu'elles n'ont pas forcément autant d'intérêt qu'une intrigue qui suit son cours. Et, du fait que les histoires semblent indépendantes, j'avais peur qu'on suive tout au long de la série uniquement différents personnages qui font chacun un choix différent. Or, d'après le dernier chapitre, le manga a tout de même une base scénaristique qui risque d'évoluer d'ici les prochains tomes. Je n'en dis pas plus pour ceux qui n'ont pas encore lu tout le tome et qui ont pris le risque de lire cette critique, mais je pense sincèrement que c'est une série qui démarre très bien et qui a un fond qui mérite d'être développé et lu par un très grand nombre de personnes. Car après tout, réfléchir ne fait pas de mal !


 

En bref

La petite fille aux allumettes est une très bonne surprise, avec plusieurs petites histoires moralisatrices très intéressantes. La trame scénaristique est très bien menée et l'ambiance générale permet au lecteur de se poser les bonnes questions. C'est une série qui fait réfléchir mais qu'on peut tout aussi bien lire sans se prendre la tête. De plus, une base scénaristique fixe apparaît à la fin du tome, on peut donc s'attendre à ce que les prochains tomes ne tournent pas uniquement autour de petites histoires.

8
La petite fille aux allumettes
Niwo Suivre Niwo Toutes ses critiques (413)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire