8
That moment, maybe

par snoopy le jeu. 16 juin 2016 Staff

L’auteur phare des éditions Kotoji, Pocket chocolate revient en France avec un nouveau one-shot dans lequel il explore encore une fois les thèmes du souvenir et du passage à l’adulte à travers un délicat triangle amoureux. Que se cache-t-il derrière cette jolie couverture pleine de douceur ?

« Dans mon travail, j’aide à mettre des mots et à donner du sens à une blessure »

Jeune psychologue, Shaokun est passionné par son métier et fait preuve d’énormément de bienveillance envers ses patients. En couple avec la jolie Feifei, le jeune homme semble mener une vie paisible jusqu’au jour où une patiente se présente à son cabinet et va bouleverser sa vie. La jeune femme est au plus bas et espère retrouver goût à la vie en suivant une thérapie. Pourquoi Shaokun se sent-il si troublé en sa présence ? Va-t-il réussir à l’aider? C’est ce que nous nous apprêtons à découvrir.

Dès les premières pages, le lecteur plonge au cœur du récit grâce au personnage principal, Shaokun, qui nous raconte son histoire et nous livre de façon très intime ses pensées, ses doutes, ses envies,… ; un peu à la manière de la voix off dans les films. L’immersion est totale et on est bluffé par la finesse du texte qui donne l’impression que l’artiste s’est inspiré d’une histoire vraie pour construire son scénario, chaque réplique est choisie avec justesse et rend le tout très authentique. On s’attache donc immédiatement au jeune homme qui se montre très sincère et soucieux du bien-être des autres aussi bien dans sa vie de couple que dans sa vie professionnelle.

D’ailleurs, une fois qu’on a un peu cerné le personnage de Shaokun, on se dit qu’il est effectivement fait pour exercer le métier de psychologue de par sa nature très humaine et sa capacité à faire preuve d’empathie. J’avoue avoir été attirée par cet aspect du récit car les métiers à vocation humaines sont les plus intéressants surtout celui de psychologue qui permet d’aider les patients qui traversent une mauvaise passe à avancer et à mettre des mots sur ce qu’ils ressentent. Et comme le souligne très justement l’artiste, il faut être capable d’écouter et de faire preuve d’énormément de bienveillance pour réussir à exercer un métier qui n’est pas toujours évident surtout quand le psychologue lui-même se sent concerné par les malheurs de son patient et finit par trop s’impliquer ; c’est ce qu’on appelle « le transfert ». En exploitant un des risques de ce beau métier, le récit gagne vraiment en réalisme et en profondeur. Le jeune Shaokun va d’ailleurs vite en faire les frais en prenant en charge la jolie Wen Xin.

Wen Xin a perdu la joie de vivre et la thérapie pourrait bien être son dernier espoir d’avancer de nouveau dans la vie. Difficile de rester insensible en découvrant la jeune fille au fil de ses séances avec Shaokun, on l’appréciera pour son côté réservé, sa fraicheur et pour ses réactions presque enfantines. On comprend très vite qu’il existe déjà un lien très fort entre Shaokun et Wen Xin qui se connaissent sans vraiment se connaitre mais dont la relation fut suffisamment forte pour traverser le temps. Un lien du passé qui pourrait bien tout remettre en cause ; c’est un des points que j’ai d’ailleurs particulièrement apprécié dans cette lecture. En effet, on a tous connu une personne dans notre jeunesse avec qui on aurait pu envisager une relation à long terme mais qui ne s’est finalement pas fait pour telle ou telle raison. On se met donc facilement à la place de Shaokun qui voit ses sentiments du passé ressurgir et on comprend les doutes auxquels il est en proie. C’est amusant en tout cas de de se replonger dans ses souvenirs et de s’imaginer vivre une expérience similaire, c’est très immersif et c’est un vrai tour de force de l’artiste ! Le récit est donc porté par deux figures féminines importantes et si Wen Xin se montre très attachante, la jolie Fei Fei (fiancée de Shaokun) ne l’est pas moins grâce à son fort caractère, sa franchise et sa spontanéité; on comprend très bien pourquoi Shaokun hésite entre les deux et c’est ce qui donne un brin d’originalité à ce triangle amoureux. Ses sentiments pour Wen Xin vont-ils mettre en péril l’exercice de sa profession et sa relation avec Fei Fei ?

Un titre qui s’adresse en tout cas à un public plus mature et friand de ce genre tranche de vie à la fois réaliste et dégageant une certaine nostalgie.
Enfin, le récit est porté par de magnifiques graphismes qui contribuent largement à la beauté de l’œuvre. L’aspect aquarelle est du plus bel effet et confère au titre beaucoup de charme. L’harmonie des couleurs apporte vraiment un plus dans la mise en scène, l’artiste joue sur les effets de lumières ou utilise des palettes plus sombre pour souligner l’ambiance de certains passages. Les illustrations entre chaque chapitre et certaines scènes se rapprochent plus de la photographie que du dessin, le rendu est vraiment renversant. Les personnages sont particulièrement bien travaillés et leurs expressions sont mises en valeur grâce à un effet crayonné ; l’artiste parvient à transmettre les émotions véhiculées par ces personnages avec une facilité déconcertante. En observant ses œuvres antérieures on peut voir que l’artiste a changé de style et a gagné en maturité, c’est bien plus joli et on est transporté du début à la fin !

L’édition est quant à elle de très bonne facture, on saluera le travail du traducteur qui a réussi à retranscrire la beauté du récit avec brio. Le papier est épais et glacé ; ce qui met en valeur le travail de l’artiste. Bien sûr, cela reste un petit investissement même pour un album tout en couleur mais le titre en vaut la peine. Soulignons également la sympathique initiative de Kotoji de proposer au lecteur de soutenir l’auteur grâce à une opération de crowfunding. Les autres maisons d’éditions devraient prendre exemple sur eux et le succès de cette démarche le prouve.

Pocket Chocolate signe une très belle œuvre qui se révélera intéressante à plus d’un titre. Très bien écrit et mis en scène, les personnages se livrent entièrement aux lecteurs et véhiculent des messages forts qui sonnent particulièrement juste. L’aspect professionnel est finement exploité et le triangle amoureux apporte une réelle touche d’originalité et de suspens au récit. Sublimé par les graphismes grâce à une très bonne maitrise de la colorisation et de l’expressivité de ses personnages pour un rendu presque photographique des plus plaisants, That moment maybe est vraiment à lire pour ceux qui aiment le genre.

Premier titre et déjà un petit coup de cœur pour cet artiste; je ne manquerai pas de me pencher sur ses autres séries et de surveiller de près ses prochaines parutions.

Note : 8.5/10

En bref

Pocket Chocolate signe une très belle œuvre qui se révélera intéressante à plus d’un titre. Très bien écrit et mis en scène, les personnages se livrent entièrement aux lecteurs et véhiculent des messages forts qui sonnent particulièrement juste. L’aspect professionnel est finement exploité et le triangle amoureux apporte une réelle touche d’originalité et de suspens au récit. Sublimé par les graphismes grâce à une très bonne maitrise de la colorisation et de l’expressivité de ses personnages pour un rendu presque photographique des plus plaisants, That moment maybe est vraiment à lire pour ceux qui aiment le genre. Premier titre et déjà un petit coup de cœur pour cet artiste; je ne manquerai pas de me pencher sur ses autres séries et de surveiller de près ses prochaines parutions. Note : 8.5/10

8
That moment, maybe
snoopy Suivre snoopy Toutes ses critiques (485)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire