8
Arte

par kobaitchi le jeu. 14 avril 2016 Staff

Alors oui, c'est l'histoire d'une jeune femme qui cherche à faire reconnaitre ses droits. Oui, c'est une histoire féministe. Oui, ça va forcément parler de sexisme de temps en temps.
Mais non, ce n'est pas que ça. Non, Arte n'est pas en guerre contre le genre masculin. Non, elle ne demande pas de faveur parce qu'elle est une femme et donc plus fragile qu'un homme.
C'est aussi et avant tout l'histoire d'une jeune fille motivée, obstinée, attachante, talentueuse, courageuse qui fait de son mieux, qui a le désir ardent d'apprendre et d'être un jour reconnue, qui agit au lieu de se plaindre, qui n'abandonne jamais.

Dans ce tome elle va apprendre à ne pas rester en retrait et à faire valoir sa valeur, non pas en tant que femme mais en tant qu'artiste. Elle va travailler dur. Elle sera folle de joie, abasourdie, épuisée et va même prendre part à une bagarre. Mais elle va aussi découvrir qu'elle a de vrai.e.s ami.e.s prêt.e.s à tout pour elle.

Son humeur et sa détermination font du bien. Elle nous motive à bouger, à donner le meilleur de nous même.
Elle est véritablement inspirante.
Elle rencontre des problèmes tantôt identiques tantôt différents de ceux que rencontrent les apprentis masculins gravitant autour d'elle et elle les résout tous, un par un, en n'hésitant pas à aller chercher les solutions chez celles et ceux qui sauront l'orienter sur la bonne voie.

Les personnages secondaires continuent sur leur lancée et ont une importance de plus en plus grande dans ce tome (Angelo, Veronica et Leo surtout). C'est évidement un plaisir tant iels sont tou.te.s passionnant.e.s.

En bref

Des enjeux sans cesse renouvelés, des personnages aux personnalités distinctes et intéressantes. Des dessins toujours somptueux. La relation entre Arte et Leo peut sembler ne pas beaucoup évoluer mais vu tout ce qui se passe à coté ce n'est pas très dérangeant. Et ça viendra bien un jour, ne pressons pas trop les choses.

8
Arte
kobaitchi Suivre kobaitchi Toutes ses critiques (27)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire