3
Super Darling !

par Neginator le lun. 11 mai 2015 Staff

Sakuya est une lycéenne de l’établissement Takamagahara, une école prestigieuse formant de nombreuses élites de la société. C’est une fille « transparente », elle qui n’a jamais été abordée mais tente de se faire des amis.
Un beau jour, elle se rend au cerisier aux 10 000 ans de l’arrière cour qui fait l’objet d’une légende disant qu’il suffit de prier en dessous pour que les destin soient liés pour la vie. C’est alors qu’apparaissent quatre beaux jeunes hommes qui lui prêtent attention. Elle est désormais entourée de belles créatures qui attirent toute l’attention mais elle ne semble pourtant pas plus visible aux yeux des autres.
Par la suite, elle va découvrir qu’elle va devoir fréquenter chacun d’entre eux au risque que la malédiction du cerisier ne s’abatte.

Super Darling nous propose ici l’histoire d’une héroïne n’ayant que peu de personnalité puisqu’elle est coupée du monde. Son caractère et l’exagération de sa « transparence » la rende agaçante. L’auteure place Sakuya dans des situations censées être humoristiques. Cependant, à force, ça en devient véritablement grotesque, lassant.
L’arrivée des quatre garçons va rajouter de l’humour et nous faire un peu oublier cet arrière-goût très désagréable que nous avions jusque là. Ils ont chacun leur propre personnalité et l’auteure ne manquera pas de leur consacrer un chapitre chacun afin de les présenter un peu. Ils font partis de l’élite malgré leur jeune âge et ne manquent pas d’attirer l’attention. On est fortement étonné quant au fait qu’ils soient tous les quatre attirés par Sakuya, pourtant si insignifiante (même si c’est chacun à leur manière). A croire que ce harem est ici pour ajouter un peu de fanservice au détriment d’un scénario plus travaillé et mieux exploité.
L’histoire de la malédiction qui oblige Sakuya à sortir avec les quatre garçons en même temps sous peine de subir son courroux, rajoute un peu de délires à l’histoire. Enfin, au vue de la fin de ce premier tome qui annonce un grand destin pour la jeune fille, on se demande bien comment ça va être possible de développer le scénario avec un seul tome restant…

Du côté du dessin, il n’y a rien à dire. L’auteure nous a habitués à son style grâce à ses précédentes œuvres publiées en France : un dessin très fin et de toutes beautés avec des décors et des expressions parfaitement maîtrisés.

Au final, ce premier tome sur les deux prévus retiendra plus l’esprit par son aspect esthétique que par son scénario peu travaillé et son héroïne irritante. A suivre avec le second et dernier tome afin de voir comment l’auteure s’est débrouillée pour clore cette série.

En bref

3
Super Darling !
Neginator Suivre Neginator Toutes ses critiques (151)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire