2
Sex Toys Story

par Sorata le ven. 20 mars 2015 Staff

Avec Sex Toys Story, la collection Hentaï sans interdit accueil encore un nouvel auteur, Kazuhiro. Ce dernier bien connu dans l’univers des dōjinshi a déjà sortie deux one-shot au Japon.

Si parfois, la couverture ne laisse pas présager du contenu de l’œuvre, le moins que l’on puisse dire avec Sex Toys Story, c’est que le lecteur est prévenu. En effet, à travers 8 histoires indépendantes, l’auteur va mettre en scène des filles très jeunes qui vont peu à peu se faire abuser et sombrer dans une perversion quasi sans limite. Même si le plaisir semble tout de même au rendez-vous pour les différents protagonistes, certaines scènes sont particulièrement trash.

Ce côté démesuré et sans limite se retrouve dans le graphisme avec des formes totalement disproportionnées qu’il s’agisse des seins ou même des parties génitales, sans oublier les orifices naturels. Tout y passe, la bouche, l’anus, le vagin, on dilate à tout va et plus c’est ouvert mieux c’est ! Il manquerait plus que les ouvertures soit dessinées sur une page entière, d’ailleurs au vue de l’ensemble on se demande vraiment si l’auteur n’y a pas pensé. Cela dit rien d’étonnant à la vue du titre Japonais… Le rendu de toute cette débauche est, comme vous vous en douter, très médiocre et c’est avec peine qu’on recherche des plans excitants.

En revanche, comme pour la couverture, le titre de la version française de l’œuvre est assez bien représentatif, puisque l’on retrouve pas mal de Sex toys dans chaque chapitre. Malheureusement ces derniers n’ont pas vraiment une part belle et servent plutôt d’instrument de torture que de jeux coquin. Ils sont donc eux aussi totalement démesurés, à l’image de l’ensemble de ce que l’on trouve dans ce one-shot.

En bref, avec Sex Toys Story le mot Hentaï est pris dans son sens le plus littéral. Amateur de belles histoires, d’érotismes et de jolies filles passer votre chemin.

En bref

2
Sex Toys Story
Sorata Suivre Sorata Toutes ses critiques (140)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire