6
Liselotte et la forêt des sorcières

par Sherryn le dim. 21 déc. 2014 Staff

Après Fruits Basket et Twinkle Stars, Natsuki Takaya nous revient avec Liselotte et la forêt des sorcières. C'est avec beaucoup de curiosité et d'impatience que l'on ouvre les pages du nouveau manga de cette auteur qui nous a habitués à des titres contemplatifs, poétiques et profondément émouvant.

Liselotte et la forêt des sorcières commence lentement, mais surtout, mystérieusement. Le cadre ne nous est pas vraiment présenté, ni les personnages, mais cela n'est en aucun cas une gêne pour suivre l'histoire. Au contraire, même, on devine déjà que ce "manque" d'explications nous sera servi plus tard, au cours du récit, à travers des révélations dont on ne doute pas une seconde qu'elle seront poignantes et insérées au meilleur moment. Espérons donc que les tomes suivants ne nous détromperont pas.

Avec ce shôjo, la mangaka dit renouer avec le fantastique. Pour l'instant, l'univers fait surtout penser à de la fantasy, puisqu'il semblerait que cela se passe dans un cadre résolument différent du Japon contemporain. L'inspiration paraît occidentale et passéiste, avec malgré tous des éléments de costumes rappelant le Japon. Bref, c'est un monde personnel et original qui nous est présenté, pour le plus grand plaisir de qui apprécie le dépaysement.

Côté personnages, par contre, on ne peut pas dire que Takaya-sensei fasse dans l'originalité... L'héroïne est à nouveau une gentille cruchotte, maladroite mais touchante, tandis que ses deux serviteurs et le beau gosse de service rappelle furieusement des archétypes que l'on connaît trop bien et depuis longtemps. Une certaine fadeur chez les personnages donc, qui pour l'instant fait qu'on peine légèrement à s'y attacher ; néanmoins, il est probable que le temps fasse son oeuvre et que le développement du récit parviendra à nous les rendre touchants.

Le style se révèle quant à lui très agréable à parcourir. Outre des dessins qui sont stabilisés et embellis, la fluidité et l'humour donne à la lecture un côté enchanteur particulièrement plaisant. Par contre, l'histoire manque encore un peu de consistance pour le moment, ce qui accentue le peu de dynamisme. Le poésie n'est pas encore suffisamment avancée pour réussir à faire son oeuvre, mais là aussi, on ne doute pas que cela viendra au fil des volumes.

Liselotte et la forêt des sorcières commence donc lentement et de façon pas encore tout à fait convaincante, mais il ne fait nul doute que le potentiel est là. On referme ce tome avec l'attente d'un manga qui devrait se bonifier par la suite, et dans l'impatience de découvrir une qualité qui s'accroîtra sans doute.

En bref

6
Liselotte et la forêt des sorcières
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire