2
Loa

par Lelouch le mer. 29 oct. 2014 Staff

Loa est un jeune homme habitant une étrange planète. Il fait la rencontre d’Eline d’une drôle de manière : lors d’un accident avec son Skëad dans une mer. Eline, elle est une jeune fille curieuse et téméraire, qui n’hésite pas à secourir le malheureux qui se noie. Lui offrant le gite et le couvert, elle en apprend un peu plus sur le jeune garçon mystérieux. Il est à la recherche d’artefacts puissants nommés les stolysces. Il semble poursuivre une mission de protection, il essaye tant bien que mal à ce qu’ils ne tombent pas entre de mauvaises mains. Mais, Duc, un homme machiavélique se dresse sur sa route.

« Loa » est un global manga. Je ne suis pas un grand habitué du genre, mais, étant comme Eline dans ce travail, -curieux- je m’attaque bien volontiers au genre. L’histoire parait simple. On a un « couple » de protagonistes, héros, un adversaire immédiatement identifiable et des personnages qui s’installent autour : les compagnons de Duc, le père d’Eline… L’auteur préserve un peu de mystère sur ce qui pousse Duc à chercher les Stolysces, ainsi que sur le rôle réel de Loa. Mais très vite, en parcourant ce premier volume, on voit apparaitre des difficultés.

L’auteur recourt à des flashbacks. Rien d’extraordinaire me direz-vous. Mais l’usage de ce procédé doit être fait avec des limites clairs, que ça soit graphique, ou scénaristique pour bien situer le lecteur dans la période. Ici, nous avons des mélange, à plusieurs reprises, de flashbacks, sans que le passage d’une période à l’autre soit identifiable facilement. Les personnages, quoi que très sympathique, semblent être des caricatures des fonctions qu’ils incarnent. Les gentils sont QUE gentils, les méchants QUE méchants, on a deux camps POINT. Pas de trace d’humour, de questionnement, ou de positionnement l’un par rapport à l’autre. Chaque élément arrivant est pris comme argent comptant comme des situations immuables. Peut-être que par la suite ce désagrément sera retravaillé.

Sur le style graphique, là aussi « Loa » pèche… L’auteur a son style graphique, mais au-delà de cette marque de fabrique, on trouve des décors chargés, voir surchargés, des personnages peu expressifs, ou trop extrêmes, on ne se sent pas entrainé par le mouvement. Il manque du volume.

Avec son découpage de cases très ordonné, ses dessins désordonnés, ses personnages creux et le recours mal maitrisé à des procédés scénaristiques classiques, « Loa » ne convainc pas. Le scénario banal n’arrange rien à l’affaire. A la fin de ce tome, on est curieux de connaitre la suite, pas pour le plaisir de lecture mais juste pour savoir si les points noirs vont être améliorés. Dommage.

En bref

2
Loa
Lelouch Suivre Lelouch Toutes ses critiques (279)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire