7
Bakuman

par Sherryn le sam. 20 sept. 2014 Staff

On s'approche de la fin, et il est donc logique que les choses s'accélèrent dans ce dix-neuvième et avant-dernier tome de Bakuman. La nouvelle stratégie lancée par nos héros en créant "Reversi" finit par payer, et petit à petit ils se rapprochent dans leur but, censé clore l'histoire d'amour entre Mashiro et Miho.

Il faut l'avouer, le spitch de départ assez niais du début ne fait pas partie des qualités de cette série, brillante sur d'autres points comme sa narration, son graphisme, son sujet, ses thèmes, son déroulement général et ses nombreux enjeux et rebondissements qui tiennent en haleine. Ce retour aux sources avec la remise en valeur de cette histoire idéalisée au réalisme douteux (et à la "beauté" tout aussi douteuse) peut donc possible être moyennement apprécié.

Néanmoins, il est vrai aussi que Bakuman a régulièrement mis en scène des relations humaines assez naïves, et que cela fait partie de la personnalité de ce manga. L'histoire de Mashiro et Miho n'est donc pas incohérente ou hors de propos et au final, il est plutôt satisfaisant de les voir enfin s'approcher de leur objectif.

Durant ce laps de temps, ils reçoivent de nombreuses aides et soutiens et leur secret en est de moins en moins un. Malheureusement, il était évident (et prévisible) que, devenus célèbres tous les deux, cette révélation ne serait pas sans conséquence. Certes, la recette est un peu déjà-vu, mais elle fonctionne toujours et la médiatisation de leur histoire réussit très bien à nous toucher et nous tenir en haleine (une fois de plus) quant à la conclusion de ce tohu-bohu.

Graphiquement, c'est toujours aussi efficace, aucune fausse note de ce côté-là. L'humour, l'action et le suspens, les passages plus légers ayant trait à la vie quotidienne et les défis que se lancent Niizuma et Ashirogi se dévorent littéralement.

Rendez-vous dans le vingtième volume pour un dénouement attendu impatiemment !

En bref

7
Bakuman
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire