7
Le maître des livres

par Sherryn le mer. 17 sept. 2014 Staff

Avec son second tome, Le maître des livres se confirme comme étant un manga à tranches de vie. Qu'il s'agisse des personnages principaux ou des visiteurs de la bibliothèque, ce sont résolument les humains qui sont au coeur de cette série.

Relations amoureuses, relations filiales, amour paternel... À travers les livres et auprès des livres, des personnages se cherchent, se trouvent ou se retrouvent. Les oeuvres littéraires abordées, toujours variées, continuent à sonner comme des compagnes de vie ou des pistes de réflexion.

Il faut bien le dire, ce manga donne une image assez naïve des bibliothèques et des librairies. Un professionnel du milieu ne s'y reconnaîtra pas vraiment, car il s'agit d'une vision complètement idéalisée. Mais ce n'est pas plus mal : l'accent est mis sur le rêve et le bonheur simple de l'instant présent.

Qu'ils soient émouvants, durs ou tristes, les chapitres de cette série conservent cependant une certaine langueur, un calme qui ne la destinent résolument pas aux lecteurs demandant de l'action ou une continuité. Pour aimer Le maître des livres, il faut apprécier les romans et les tranches de vie.

Comme pour le premier tome, les graphismes restent très corrects et accompagnent bien l'histoire, mais on regrette une certaine pauvreté et un design "simple", stylisé plutôt que réaliste, alors que le ton mature s'y prêterait assez bien.

Par contre, on continue d'apprécier le lexique en fin de volume, contenant quelques informations sur les romans ou les auteurs cités. De quoi voir en quelques lignes de quoi il est question, et éventuellement, approfondir le sujet par d'autres recherches.

Sans doute pas destinée à devenir un best-seller, cette série mérite cependant qu'on s'y penche, surtout si vous pensez être sensible au genre (tranche de vie) et aux thèmes abordés (l'amour des livres, et surtout des livres pour enfants).

En bref

7
Le maître des livres
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire