5
Happy project

par Charlie One le dim. 31 août 2014 Staff

Passé la découverte du Happy Project et les révélations au sujet de la stratégie entreprise par Kotone pour trouver l’amour, on ne peut pas dire qu’Happy Project soit une série très originale.

C’était hélas inévitable et on y est, l’auteur a déjà exploité l’essentiel des ressorts dramatiques à sa disposition. En effet, force est de constater que la réaction globale de Sôta face aux nouveaux arrivants est trop prévisible et que son rapprochement d’Haruka était plus qu’évident à ce stade des événements. Encore plus décevant, on se rend compte que l’auteur ne parvient pas à rendre Kotone détestable en dépit de ses actions. Le concept du HP limite les choix scénaristiques d’Hirokazu Ochiai et en conséquence les recours de la jeune fille. Finalement, nous avons simplement à faire à une fille qui comprend que l’amour ne vient pas en enfermant simplement 6 individus ensemble… Elle est certes vénale mais au final, elle fait moins abrutie que ses camarades de jeu qui osent eux demander une personne en mariage au bout de 48h.

Pour compléter cette franche dégringolade, il faut se tourner vers Haruka. La fin de ce second volume ne rassure pas vraiment quant à la suite grâce, ou plutôt à cause d’un cliché très fortement éculé. Si l’on avait évité pour le moment d’avoir des personnalités over-stéréotypées, ce rebondissement s’occupe de corriger cela… Le prétendant dénommé Ryuya est tout bonnement insupportable et Haruka devient sans prévenir schizophrène. Tout va bien dans le meilleur des mondes.

En bref

5
Happy project
Charlie One Suivre Charlie One Toutes ses critiques (311)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire