6
Electric Delusion

par Sherryn le ven. 31 janv. 2014 Staff

Dans ce quatrième tome d'Electric Delusion, il se passe à la fois plein de choses et pas vraiment. Entre l'adoption d'un chien, une histoire improbable de sculpture et de dures révisions sous la houlette d'un professeur pervers, il y a pourtant de quoi faire, mais la narration de la mangaka, qui se centre plutôt sur les sentiments immédiats et le quotidien, évite de donner le tournis. Les pages sont surtout remplies de gags, de câlins, de scènes de sexe (nombreuses mais réussissant à éviter de paraître déplacées, grâce aux sentiments très présents), de déclarations amoureuses/démonstrations/petites jalousies à n'en plus finir...

Néanmoins, si elle a un côté niais indéniable, le fait est que le niais de cette série passe très bien. Rarement on aura vu des personnages aussi mignons et attachants ; non cette série n'est pas crédible, non elle n'est pas réaliste, oui elle est absurde et exagérée sur bien des aspects, mais qu'est-ce qu'elle est choute ! Qu'est-ce qu'elle est drôle ! Les pages défilent, donnant l'impression ou pas qu'il se passe des choses, mais en tout cas une chose est sûre : on est pris par l'ambiance et on ne voit pas le temps passer.

Les dessins sont toujours aussi jolis et participent énormément au plaisir un peu béat que l'on prend à parcourir les pages de ce manga. Rien d'extraordinaire, mais on prend son pied en lisant et on ne s'en lasse pas. Le public yaoiste a de quoi être conquis, même si ce sera probablement le seul, mais on n'en demande pas forcément plus. Toujours aussi plaisant, ce manga poursuit sur sa lancée en restant fidèle à son style particulièrement sympathique.

En bref

6
Electric Delusion
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire