7
Baby-Sitters

par Suiginto le lun. 20 janv. 2014 Staff

Après avoir perdu leurs parents dans un accident d'avion, Ryuichi, en classe de troisième, et son petit frère encore bébé, Kotaro, sont recueillis par la directrice de l'Académie Morinomiya.

Ryuichi, obligé d'accepter de travailler à la crèche de l'école en dehors de ses heures de cours, va avoir l'occasion de s'occuper d'adorables frimousses, bien plus malicieuses que son petit frère si calme!
Et comme si ça ne suffisait pas, leur bienfaitrice, loin de se montrer affectueuse, semble n'être capable d'afficher qu'un air revêche...!

On sourit constamment face aux pitreries des petits, à l'excellent Usaida, l'employé qui n'en rame pas une, à Kamitani qui bouscule constamment son petit frère, ou encore à l'étudiante Inomata, sérieuse à en faire peur! Mais finalement la palme revient aux interventions saugrenues de la directrice bourrue, et qui cache finalement bien son jeu!

Hé oui car si Baby-sitters est majoritairement tourné vers la comédie et le côté "kawaii" (mignon) de ses bambins, la série garde une petite part d'émotion en réserve, par petites touches touchantes et brèves. Il n'y a donc pas de surenchère mélodramatique (ce que le synopsis de départ aurait pu faire craindre).
On apprécie également l'originalité d'avoir un héros masculin dans un shôjô (d'autant plus que le thème du baby-sitting a déjà été abordé en long et en large dans d'autres séries).
Enfin, il n'y a pas de triangle amoureux en vue non plus pour le moment, on évite donc les poncifs du genre!

La série semble donc se diriger vers un développement autour de l'activité de baby-sitting que Ryuichi commence à exercer, dans un club dont il est pour le moment le seul adhérent.
Une attention toute particulière est portée au design des petits bouts de chou, aux corps volontairement arrondis pour paraître plus mignons. L'ensemble des graphismes est plutôt classique, avec des arrière-plans très simples, et un design des personnages clair et reconnaissable, parfois à la limite de la caricature (la directrice par exemple).

Concernant l'édition, Glénat nous propose un travail correct, même si la police de certains textes paraît inexplicablement plus épaisse parfois d'une bulle à l'autre. On saluera au passage la sympathique initiative des stickers offerts avec ce tome!

Avec ce premier volume, Baby-sitters surprend par son originalité dans le paysage shôjô, avec un héros masculin, et un vrai développement des relations qu'on peut avoir avec un enfant. Le tout avec beaucoup de fraîcheur et de bonne humeur, pour un divertissement honnête et sympathique!
A voir comment la série évolue sur la durée!

En bref

7
Baby-Sitters
Suiginto Suivre Suiginto Toutes ses critiques (720)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire