6
Montage

par Suiginto le sam. 18 janv. 2014 Staff

On continue de suivre la fuite en avant de Yamato et de Miku, alors que le dangereux Sekiguchi est sur le point de les rattraper..
Puis, dans un second temps, un long flashback nous fait remonter jusqu'à la rencontre de deux jeunes garçons à la fin des années 60. Les connexions avec les personnages du présent commencent alors à se dessiner peu à peu...

Difficile de qualifier de réussie l'ambiance générale de ce troisième tome.
La course-poursuite continue, prenant une place de plus en plus prépondérante dans le récit. La montée en tension devrait donc nous angoisser à la lecture, on devrait trembler pour nos héros, ou encore pour Natsumi qui se retrouve en fâcheuse posture: pourtant la sauce ne prend pas.
Peut-être d'abord, parce que les trois adolescents font preuve de bien trop de sang-froid.
Ensuite, parce que le policier véreux est dépeint de plus en plus comme un monstre, avec une violence gratuite qui donne trop dans la surenchère pour être efficace, surtout lorsqu'elle est couplée à des réactions allant à l'opposé de ce qu'il souhaite obtenir (si tant est qu'il le sache lui-même).

En effet l'autre point noir de ce tome est la grande confusion que l'on continue de ressentir par rapport à l'identité des personnages, à leur but, au sens de toute cette affaire. A force de trop jouer sur les mystères, avec le poncif des caméos d'hommes restant dans l'ombre, Jun Watanabe nous perd un peu.
Le défaut de compréhension vient aussi d'un design parfois un peu similaire pour tous les personnages masculins d'un certain âge, même si l'auteur glisse leur nom à chaque première apparition.

Finalement, le passage le plus appréciable reste la seconde partie du volume, avec le flashback sur les protagonistes impliqués en 1968. Le mangaka parvient en effet à rendre ce dénommé Yûdai sympathique et vivant, puisqu'on voit son quotidien en amitié comme en amour, ses joies et les drames qui l'ont conduit à agir comme il le fait.
On se prend à rêver que Jun Watanabe parvienne à donner autant de profondeur à Yamato, par exemple!

Même si l'on manque encore cruellement de révélations tangibles, Montage confirme ses talents de thriller, et parvient à rendre certains personnages du passé intéressants, en glissant des liens avec la suite des évènements.
On espère qu'il en sera bientôt de même avec les héros du présent, de sorte qu'on s'attache un peu plus à leur destin, et qu'on cerne un peu mieux où se dirige l'intrigue!

En bref

6
Montage
Suiginto Suivre Suiginto Toutes ses critiques (720)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire