8
Black Butler

par Suiginto le mer. 20 nov. 2013 Staff

Après les évènements terribles du précédent volume, on continue de dérouler les souvenirs de Sebastian concernant sa rencontre avec Ciel, et la manière dont nos deux héros ont dû s'ajuster l'un à l'autre avant d'avoir la complicité qu'on leur connaît aujourd'hui...

Le récit de leur relation est vraiment touchant, d'autant plus lorsqu'on sait dans quel contexte tragique a eu lieu la fameuse rencontre.
L'essence même de démon de Sebastian tranche avec la fragilité du jeune comte de Phantomhive, et l'ensemble est narré avec beaucoup de délicatesse à travers certaines scènes du quotidien et des moments importants qui ont ponctué le retour de Ciel dans le monde.

L'auteur entremêle la narration de ces flashbacks dans lesquels elle excelle, avec une conclusion plutôt satisfaisante de l'arc du Campania et de ses zombies, tout en creusant au passage les personnages des shinigamis.

Les dessins quant à eux sont toujours aussi époustouflants, admirablement détaillés et charismatiques, avec une ingénieuse utilisation des trames et un vrai sens des décors et du design des vêtements et des personnages, contribuant à instaurer dans ce titre une ambiance gothique très réussie, avec des éléments fantastiques qui s'intègrent parfaitement dans ce Londres fantasmé du 19ème siècle.

Ainsi, on se prend à ressentir de nombreuses émotions à la lecture, particulièrement dans ce tome bien dosé entre les moments dramatiques, une action bien mise en scène et prenante, et des moments plus divertissants à l'humour léger, comme lors de l'épisode de transition de la chasse aux œufs.

Yana Toboso nous prouve qu'elle parvient à une certaine maturité avec ce quatorzième tome qui développe bien ses personnages tout en continuant à nous proposer différentes intrigues sous formes d'enquêtes pour le compte de la Reine Victoria.
Ainsi, après l'arc du Campania s’inspirant largement du Titanic, c'est le modèle de l'école de Harry Potter (sans le côté sorcier) que semble évoquer la nouvelle mission de Ciel! Celui-ci va en effet devoir s'infiltrer dans une école à l'internat divisé en quatre dortoirs, où de mystérieuses disparitions d’élèves auraient eu lieu...

En résumé, on continue d'apprécier le spectacle trépidant et poignant de Black Butler, la mangaka parvenant à réutiliser avec de plus en plus de classe et de panache les meilleurs éléments de son scénario (le passé de Ciel et le lien l'unissant à son diable de majordome), en gardant en arrière-plan le fil rouge de la vengeance que poursuit son héros.
Et par-dessus cela, elle parvient également à se réinventer perpétuellement, avec des arcs narratifs nous plongeant chaque fois dans une ambiance différente!

Avec une intrigue et des personnages très riches, et toute l'inventivité dont est capable l'auteur, cela pourrait encore se prolonger sur des dizaines de tomes (même si personnellement j'ai une préférence pour les shônens qui ne sont pas à rallonge!).
Enfin avec une telle qualité, pour l'instant on se régale et on en redemande!

En bref

8
Black Butler
Suiginto Suivre Suiginto Toutes ses critiques (720)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire