9
Vinland Saga

par Suiginto le jeu. 13 juin 2013 Staff

Dans ce onzième tome, on retrouve Knut, bien changé, et qui poursuit inlassablement l'accomplissement de son monde idéal. Ailleurs, les péripéties d'Einar et de Thorfinn trouvent une certaine conclusion...
Et finalement c'est une succession d'évènements qui va amener ces différentes intrigues à se connecter, culminant avec l'apparition d'un mystérieux et puissant esclave en fuite...!

Vinland Saga est toujours aussi passionnant à suivre, avec des dessins précis et réalistes mettant en valeur chaque détail du décor, chaque personnage et chaque action, pour une immersion totale et addictive dans ce monde viking du 11e siècle.

Si le scénario a énormément évolué depuis le début de la série, il reste toujours aussi qualitatif. Et en relisant les interviews de Makoto Yukimura réalisées à l'occasion de sa venue en France en 2010, on comprend mieux le message et les valeurs qu'il veut faire passer; d'où le changement de rythme et de ton concernant l'évolution de Thorfinn, ou encore les interrogations mystiques de Knut dans ce tome.
Et on voit surtout un peu mieux où son intrigue va nous mener, sur une étendue qu'il estime à 25 volumes.

Arrivés donc à mi-chemin de la série, et captivés par le talent de l'auteur à mêler les genres et à oser les retournements de situation, on a évidemment hâte de découvrir la suite imprévisible que vont prendre les évènements.

L'édition de Kurokawa est toujours aussi soignée et agréable, et on retrouve comme souvent des petits bonus humoristiques de l'auteur à la fin.

Nouant habilement plusieurs intrigues qui promettent beaucoup pour la suite, cet excellent volume 11 donne tout son sens aux arcs précédents, faisant se rejoindre plusieurs lignes narratives de manière inattendue mais efficace. Voilà qui promet un volume 12 explosif!
Vinland Saga offre une lecture vraiment unique dans le paysage des seinens actuels, et il serait dommage de passer à côté!

En bref

9
Vinland Saga
Suiginto Suivre Suiginto Toutes ses critiques (720)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire