7
Drifters

par Den d Ice le mer. 9 mai 2012 Staff

Après un premier tome un peu confus mais néanmoins accrocheur, voici (enfin !) le second tome de Drifters où l'action est toujours omniprésente.

Après la mise en place de l'environnement dans le premier opus, Kohta Hirano nous laisse davantage entrevoir l'évolution scénaristique de son récit. Acceptant leurs destinées sans sourciller, Toyohisa Shimazu, Nobunaga Oda et Yoichi Nasu s'allient aux elfes afin de leur permettre de récupérer leur terre. Une stratégie se met donc en place et nos Drifters signent officiellement la guerre contre les parias (les Drifters méchants).
On note donc une avancée du scénario. Bien qu'il ne soit pas transcendant et on ne peut plus classique, il prend forme petit à petit. Croisons les doigts pour que Kohta Hirano l'affine et le rende plus nuancé à l'avenir.

Vu l'univers proposé par l'auteur, de nombreuses références historiques ponctuent le scénario (en plus des références plus contemporaines). Bien que cela soit intéressant, elles sont très nombreuses et sont toutes placées en fin de volume, comme dans l'opus précédent. De nombreux aller retour vous attendent donc, ce qui casse le rythme de lecture (d'autant plus que Drifters est une série où les combats sont légions).

Autre point non mentionné dans le premier volume, les nombreuses phases d'humour avec le graphisme qu'il faut, pour rendre ces moments de détente savoureux. Savamment incluses dans le scénario, elles ponctuent les combats et permettent de relâcher la pression. Kohta Hirano maîtrise ces alternances avec brio.

Les héros s'affinent, mais les ennemis sont pour l'instant trop insignifiants et dépourvus de caractères : un autre point que l'on souhaite davantage travaillé. En bref, on a donc affaire à un nouveau volume plutôt sympathique qui place plus concrètement le fil de l'histoire, mais malheureusement il reste de nombreuses carences pour rendre le titre indispensable. Affaire à suivre...

En bref

7
Drifters
Den d Ice Suivre Den d Ice Toutes ses critiques (870)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire