8
Le Dernier été de mon Enfance

par opaline le ven. 12 févr. 2010 Staff

Delcourt nous offre avec ce titre, un one-shot poétique sur le passage de l'enfance à la vie d'adulte, qui traite avec tendresse et délicatesse un thème pas toujours facile à aborder.

Sur fond d'adaptation libre de l'œuvre de Mark Twain (mais alors très libre), on découvre une jeune femme perdue, se rendant aux obsèques de sa mère. Haru va donc devoir faire face à ses anciens démons et c'est au côté du jeune Tarô, que chacun à leur façon vont parcourir le chemin de l'apprentissage de la vie.

Le trait toujours aussi vivant de Takahashi Shin n'a rien perdu de sa beauté, sa fraîcheur et sa fluidité et c'est ce qui donne au titre toute son importance.

Ici, ce sont plus les images qui parlent au lecteur que les dialogues. On peut ressentir les joies et peines des personnages de par les expressions et jeux de regards que l'auteur a réussi à insuffler avec beaucoup de justesse et de naturel à ses personnages.

Ainsi, même si le contenu peut s'avérer parfois déroutant, on ne se perd jamais dans le côté poétique et philosophique et notre esprit terre-à-terre arrive aussi à y trouver son compte.

Ce titre s'avère plutôt dense et il faudra pas mal de temps pour en venir à bout. Mais en le refermant, on ne pourra que ressentir un sentiment de satisfaction et de bonheur.

La dualité qui transparaît dans ce titre, rend le sujet très intéressant entre innocence et gravité, l'équilibre pourtant fragile s'avère admirablement tenu et l'auteur aura su doser avec efficacité chaque aspect présenté tout au long du récit.

En bref, un one-shot de qualité qui ravira les fans de l'auteur et qui charmera les lecteurs ayant gardé en mémoire leurs jeux d'enfants.




En bref

8
Le Dernier été de mon Enfance
opaline Suivre opaline Toutes ses critiques (800)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire