8
La nouvelle île au trésor

par DemiCercle le jeu. 9 juil. 2015

La nouvelle île au trésor est un manga culte de chez culte, en effet souvent considéré comme un des premier manga moderne, et encore plus souvent cités par de grands auteurs, aujourd'hui monumentaux (comme Leji Matsumoto) comme une révélation, et une source d'inspiration. Ce manga est rapidement devenu mythique, et comme tout les mythes, les récits qui le concerne sont parfois fantasmés ou exagérés.
Ce manga ayant eu donc deux versions différentes, une première plus courte, à priori "censurée" et remaniée ainsi qu'une 2nde reconstituée de mémoire d'après Tezuka, les planches originales ayant été perdues.

Difficile donc de faire la part des choses entre Tezuka qui pourrait embellir l'histoire à sa propre gloire (ce ne sera pas la 1ere fois que cela arrive dans le monde de l'art) et ce qui s'est réellement passé. Difficile aussi de déterminer ce qui fut ajouté en 84 et ce qui était dans la version de 47 et donc de mesurer la portée novatrice de l’œuvre.

Et c'est là que Isan justifie sont tarif ! En plus d'une superbe édition (papier d'excellente qualité, couverture rigide et fort jolie, bonne impression etc), l'éditeur nous propose deux texte explicatifs, l'un présentant l'auteur, l'autre retraçant l'histoire de ce titre, et l'histoire de cette édition de 84. Ce petit texte en fin de livre est digne d'un véritable travail de recherche (un peu bref mais enfin), citant ces sources (avec pleins de note de bas de page, me rappelant mes longues heures d'amusement à la BU xD) et mettant les choses au clair.
D'après ce texte, cette version serait bel et bien une version retrouvée, proche de l'originale, celle qui n'avait jamais été publiée, cependant cette version n'ayant pas été publiée avant 84, elle n'a pas pu inspirer tous les auteurs qui s'en réclament, ou du moins peut être pas autant qu'ils ne le disent. Le texte met donc les choses au clair : Ce livre n'est pas sorti en 47 et le découpage de ce livre n'était pas aussi cinématographique à sa sortie. MAIS, tous les éléments était déjà présents, simplement ils était minimisés (pour gagner du papier à priori).

Maintenant que ceci est dit, on peux ouvrir le livre : Et paf ! Tezuka nous plonge sans préavis dans l'action, une course, en voiture, endiablée du héro ouvre le tome, débutant par un dé-zoom, la caméra est fixe et pivote afin de continuer, tant bien que mal à garder le bolide dans le champs !
Dès le début, nous somme fixé : nous sommes bien devant un manga de Tezuka, dessiné comme si il s'agissait d'un film, presque de l'animation, ce qui donne un effet extrêmement dynamique à tous le livre, ainsi qu'un effet immersif et ce, malgré le trait toujours très cartoon de l'auteur !

C'est véritablement en terme de découpage que ce titre ce démarque, Tezuka enchaine les plans astucieux, changeant de point de vu, pratiquant le champ-contrechamps, le zoom, préférant montrer l'action, la laisser se dérouler en dessin, plutôt que de la décrire avec des dialogues, style que des auteurs comme, au hasard, Naoki Urasawa, reprendrons par la suite.

Effectivement à côté de ces plans assez inédits, il y a une histoire assez simpliste, bourrée d'un certains nombres de clichés, cela dit Tezuka n'est pas un mauvais scénariste et c'est grâce à une habille pirouette qu'il retombe sur ses pattes, justifiant l'usage de ces poncifs tout en rappelant au lecteur, de façon décalée, donc comique mais étrangement dure, la réalité. Mine de rien ce retour à la réalité est une chose trop oubliée des mangas/anime en ce moment, qui favorisent l'évasion et qui encouragent le lecteur à se réfugier dans des univers imaginaires (univers qu'ils payent bien sur ^^).

Au final même l'histoire classique se révèle être plus maline qu'il n'y parait. Ne nous enflammons tout de même pas trop, et souvenons nous que ce livre ne fait que 150-180 pages, et qu'il n'y a pas non plus des masse de lecture dedans, à cause de sa mise en scène certes dynamique mais aussi très vide de texte ^^.

Cela reste quoi qu'il arrive un des manga phare de Tezuka, et donc par extension un des manga fondateur, qu'il faut avoir lu non pas pour ses qualités narratives, qui sont pourtant bien présentes, mais pour sa valeur historique, renforcée par la postface de Isan !

En bref

8
La nouvelle île au trésor
DemiCercle Suivre DemiCercle Toutes ses critiques (131)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire