10
Sabu et Ichi

par Lupin le dim. 22 juil. 2012

Manga de 1966, Sabu et Ichi n'a pas à rougir devant les productions actuelles. Certes, le graphisme peut paraitre vieillot mais on se laisse très rapidement absorber par les intrigues et les personnages.

Cette édition de Kana est d'ailleurs joliment et efficacement "légendée" et l'immersion dans les us et coutumes et, surtout, le vocabulaire du Japon féodal est de ce fait grandement facilité. Cette "brique" de 1134 pages (compile en fait de 5 tomes "normaux") est agréable (grâce à son grand format) et facile à lire. Si les scènes de combat manquent parfois de dynamisme (d'autant plus que les combats sont loin d?être la trame principale de l'histoire), n'oublions pas que ce manga a plus de 40 ans. Les héros sont de vrais Héros et les méchants sont quant à eux veules, vils, cruels, sadiques...

Par moment, peut-être un peu "cru" (pour un jeune public), les histoires ont un "vrai" fond et tout n'est pas toujours si manichéen qu'on pourrait le penser.

On ressent fort dans le dessin et dans le découpage des planches que Shotaro Ishinomori a été formé par l'illustre Ozamu Tezuka, ce qui est un gage de qualité !

Pour moi un Classique (avec un grand C) à posséder.

En bref

10
Sabu et Ichi
Lupin Suivre Lupin Toutes ses critiques (11)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire