9
La Jeune Fille aux Camélias

par yeong le mer. 11 avril 2012 Staff

Avis personnel

Aspect : Un format particulier (20,5*14,5), une couverture assez colorée mais ne représentant pas trop le style dessin de l'auteur (au dos par contre, on reconnait son trait). Il n'y a pas de résumé. Le manga fait près de 150 pages et à la fin se trouve une pièce de théâtre (3pages) produit par l'auteur en un acte unique.

Dessin : Tout le premier chapitre est à l'encre rouge et tout le reste de l'histoire est dessinée à l'encre bleutée. Suehiro possède un dessin élégant, aux traits fins, innombrables et précis.
Le dessin possède aussi très peu de trames (il y en a parfois, mais elles sont différentes de celles vues habituellement).


Scénario : Bon tout d'abord, ce manga se situe dans le genre "ero guro" (érotico-grotesque) japonais donc en soit c'est déjà quelque chose de particulier.
Cette manga ressemble au film de Tod Browning "Freaks"(personnellement je ne connais pas mais je le mentionne vu que cela semble l'avoir assez influencé). Un petit cirque avec des personnes hors normes (géant, manchot, mutilés...). L'héroïne, Midori, naviguera dans ce monde étrange et sordide, elle rencontrera Masamitsu pour tenter d' échapper à son quotidien peu enviable... En effet, les personnages redoublent d?imagination pour tourmenter la blanche Midori (punitions physiques et morales).
Certaines scènes,(notamment au début) peuvent mettre le lecteur mal à l?aise. Cela ne doit pas pour autant le rebuter : le récit devient rapidement captivant et la destinée de Midori, ne sombre jamais dans l?insupportable ni le scandaleux.

Conclusion : Cet auteur à réussi à me convaincre de ses qualités dès la première lecture, personnellement j'ai bien apprécié ce manga.
Néanmoins, il faudra se faire au ton très second degré du manga, ainsi qu'à la violence.
Difficilement accessible, ce manga n'en reste pas moins un chef d'?uvre du manga ero guro

En bref

9
La Jeune Fille aux Camélias
yeong Suivre yeong Toutes ses critiques (232)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire