Critique Manga Couteau et Piment Vert #2

8
Couteau et Piment Vert

par Tampopo24 le mer. 26 juin 2024 Staff

Ouvrir son restaurant

Un tome 2 qui vient comme une
confirmation de la très belle écriture de cette relation époux-épouse
atypique dans ce décor culinaire et sociétal de Japon d’après-guerre.
Quelle belle surprise !

Avec ce deuxième volume, l’histoire prend
toute son ampleur. Yuki Isoya enrichit et nourrit son récit comme elle
nourrirait une viande qui a besoin d’être arrosée pour être savoureuse. A
coup de métaphores culinaires et bons petits plats à gogo elle vient
développer et transcender ces deux héros dans une histoire éminemment
touchante qui fonctionne vraiment très bien sur moi.

Le décor historique est toujours aussi
bien nourri, à la fois dans son développement sur la place des
Américains dans le pays, mais également par celui du rôle qu’on
attribuait alors aux femmes, et en plus elle noue les deux. C’est aussi
très puissant de voir comment son héroïne tente de trouver sa place
entre ces deux mondes et dans son famille et son couple également, la
modernité venant se heurter aux habitudes. J’aime la façon à la fois
frontale et plein de nuances dont elle vient portraiturer la société
japonaise d’alors entre désir d’évolution, de changement et besoin
d’affirmer ses moeurs. Ichika et Amamé viennent percuter cela, elle avec
sa passion pour la cuisine, lui dans son désir de ne pas suivre la voie
toute tracée pour un benjamin dans sa famille. Un duel métaphorique à
distance se noue donc entre cette nouvelle génération qu’ils incarnent
et leurs familles représentant le passé. C’est très fin.

La cuisine est donc très présente dans ce
tome car l’autrice offre de multiples opportunités à son héroïne. C’est
par cet art qu’on semble vouloir leur donner son indépendance. Elle
s’est autrefois libérée du joug de famille ainsi, son mari lui propose
d’en faire de même aujourd’hui en allant encore plus loin, et il lui en
offre la possibilité au cours d’un banquet qu’il organise chez eux.
C’est un régal de la voir derrière les fourneaux, pleine d’assurance et
d’inventivité. J’adore retrouver le même pouvoir dans ses plats que dans
ceux du Chef de Nobunaga. On
sent vraiment la grande cheffe en elle. Du coup, l’autrice nous offre
plein de marches à suivre pour réaliser nous aussi ses plats. J’avoue
que je suis tentée.

L’oeuvre a donc une très belle dimension
émancipatrice qui vient percuter la tradition qui nous a plongés là. Et
le couple que forment Ichika et Amané y est au centre. J’ai aimé voir
celui-ci bouger un peu. Les thèmes de la différence d’âge, du veuvage,
de la maternité/paternité sont à chaque fois subtilement amené et
développé avec des héros qui ne sont pas simples à cerner, ce qui les
rend complexes à appréhender mais émouvant à suivre. Amané est un
benjamin et un étudiant qui veut faire ses preuves et quitter les jupes
de son père. On sent parfois des amorces de tendres sentiments pour sa
femme. Ichika, elle, vit encore trop avec le souvenir de son père et de
son époux, ce qu’elle cache bien en cuisinant et cuisinant encore, mais
elle va devoir s’y confronter, surtout avec la question de
l’enfant-héritier qui commence à se poser de plus en plus puissamment.
C’est au passage très marqué par son cadre historique dans ces thèmes et
la manière dont ils sont amenés et développés, rendant vraiment le
récit unique dans son immersivité, ce que j’ai beaucoup aimé.

En bref

Ce deuxième tome sorti en même temps que le premier est donc bel et bien celui de la confirmation. Confirmation d’un récit romantico-historique en construction qui me séduit gustativement, philosophique et émotionnellement. J’aime la place et le rôle de la cuisine. J’aime le cadre historique critique en évolution. J’aime la psychologie de ce couple en devenir. Voilà les josei comme j’aime et j’aimerais en voir plus !

8
Couteau et Piment Vert
Positif

Un décor vraiment bien exploité

Les thèmes de : l'occupation américaine, la place des femmes, la gastronomie

Un petit air du Chef de Nobunaga

Plein de belles recettes appétissantes

Des sentiments qui commencent un peu à se dessiner

Une écriture approfondie des personnages

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1730)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire