Critique Manga Dandadan #2

9
Dandadan

par MassLunar le jeu. 24 nov. 2022 Staff

Le début d'une folle amitié

Dandadan, l'un des nouveaux phénomènes-manga du Japon, débarque dans nos contrées par le biais de Crunchyroll (anciennement Kaze) qui signe là son premier titre éditorial. 

Sans surprises étant donné sa réputation et tout le travail promotionnel autour, le premier tome s'est avéré des plus divertissant. Cette série de Yukinobu Tatsu annonce une charismatique comédie horrifique parfaitement assorti avec son duo de héros rattaché à l'occulte, deux lycéens un peu paumés qui vont nouer une relation déjanté et pleine de surprises entre quelques rencontres bien barrés avec des aliens et des esprits aussi sinistres que pervers.

Ce qui se démarque un peu de Dandadan , c'est son ton légèrement irréveréncieux, son humour un peu trash animé par des dialogues cru mais poilants. Fort heureusement, Dandadan ce n'est pas seulement des aliens castrateurs ou des fantomes de mamies perverses, c'est aussi le portrait d'un duo attachant dont la relation va évoluer dans quelques moments de légères tendresses comme le montre ce deuxième tome qui apporter une bonne touche de tranche-de-vie made in lycée.

Mais d'abord place d'abord à l'action avec une course-poursuite haletante entre nos deux héros et les puissants esprits que sont Mémé-Turbo et sa terrible malédiction lancée sur le pauvre Okarun et surtout le jikaburei, un crabe d'eau douce gigantesque, amalgame d'âmes errantes. Avec un bon sens délurée  de la mise en scène ( plans de haute volitge, irruption d'ennemi titanesque, décor urbain nocturne, foules d'esprits ) , le mangaka Yukinobu Tatsu nous régale avec cette course-poursuite haletante qui signe et clôture l'introduction spectaculaire de la série.

Dandadan fait d'ailleurs preuve d'une certaine originalité dans ces confrontations qui ne mise pas du tout sur des combats ou des sorts tout puissants mais plutôt sur de l'ingéniosité comme le fait d'attirer un esprit hors de sa zone de hantise ou d'essayer de le piéger de l'intérieur. Cependant, suite à leur rencontre avec le paranormal, notre duo se verra attribuer des aptitudes qui leur seront encore utiles dans les confrontations à venir comme le pouvoi psi de Momo. 

Mais en dehors de l'action, ce tome 2 étoffe davantage la relation entre Momo et Okarun dans le cadre du lycée. Alors que leur rencontre a débuté par un simple pari (qui s'est avéré fracassant) autour du paranormal, les voici réunis dans un cadre plus calme.qui permet de voir l'évolution de leur relation, notamment autour d'un amusant jeu du chat et de la souris, preuve que le mangaka sait aussi mettre en valeur ses personnages et distille même un peu de coeur dans cette relation toujours écrite sous le credo de l'humour, de la tolérance et de la complicité. Au passage, on notera le dessin des personnages toujours aussi stylé et varié de la part de Yukinobu Tatsu qui donne un côté vraiment cool aux personnages féminins comme Momo, juste parfaite, en lycéenne faussement négligé ou encore la pulpeuse grand-mère de cette dernière, figure classique de la mature sexy en mode Tsunade mais plutôt charismatique. De plus, ce tome 2 est toujours aussi bien servi par des dialogues naturels et accrocheurs qui nous immerge parmi les lycéens. 

Après cette partie tranche-de-vie, les ennuis recommencent avec un Okarun qui a remarqué que tout son contenu génital n'était pas réapparu. Alors, l'humble auteur de ces lignes espère secrétement que l'humour et les enjeux de Dandadan ne vont  pas se limiter à la quête des boules perdues du pauvre nerd même si c'est un humour qui contribue à l'ambiance déjanté du titre. Un nouvel allié assez innatendu rejoint l'équipe tandis qu'un nouvel esprit tourmenté fait brutalement son apparition.

Ce tome 2 de Dandadan ne marque aucun temps morts et permet d'enrichir en profondeur ce début de série qui pose des bases déjantés avec un duo de personnages attendrissant.  

En bref

Un tome 2 plus consacré à la relation entre nos deux fanas d'occultes et qui permet de "reprendre ses esprits" suite à l'introduction et le premier combat épique de la série. Mais le repos est de courte durée tandis qu'un nouvel adversaire frappe directement le lycée. Humour plus ou moins cru, antagoniste flippant, un style cool et horrifique, ces premiers tomes de Dandadan signe le début d'une relation phénoménale que ce soit entre nos deux héros ou entre le manga et son lectorat.

9
Dandadan
Positif

La relation entre Momo et Okarun beaucoup plus mise en valeur dans ce second tome

La course-poursuite haletante face au premier boss

Le style cool et varié des personnages

Un ton horrifico-débile toujours aussi bien équilibré...

Negatif

... malgré une petite lourdeur sur les balls du nerd

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (406)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire