Critique Manga Kaguya-sama : Love Is War #10

9
Kaguya-sama : Love Is War

par Auray le mar. 16 août 2022 Staff

La perte de souvenirs en commun

Qu'est-ce qu'elle est jolie cette dixième couverture de Kaguya-Sama love is war ! Pour une fois, dans les photos portraits, Aka Akasaka arrive à réunir la bande au complet. Même la petite dernière, Miko Iino ! Si vous trichez un peu en regardant les vingt-six tomes de la série qui est toujours en cours de parution au Japon, vous observerez que c'est la seule comme cela. Le reste, ce sont, soit des personnages en solitaire, soit, nos fameux duos. Ça valait le coup que l'on en parle un peu, non ?

En parlant de couple, il y en a un en particulier qui se cherche. Le fait d'avoir rajouté dernièrement un jeune personnage permet de le mettre face de quelqu'un d'inédit de temps en temps. J'ai beaucoup aimé celui auprès de notre introverti qui se soigne, Yû Ishigami. Ne connaissant pas encore bien la petite nouvelle, il va, par le hasard des événements, connaître ce qu'elle écoute en podcast. Comment ? Tout simplement en branchant mal la prise casque. Tout le monde peut entendre les phrases qui peuvent être parfois très gênantes. C'est à ce point ! Encore un moment hilarant signé par le jeune homme, qui devient un de mes personnages préférés, vous l'aurez compris.

Pourtant, le reste de la troupe n'est pas en reste, surtout lors du fameux karaoké. Les quiproquos se poursuivent avec l'employé de Kaguya qui rentre en scène. Le charme en plus, Ai Hayasaka n'a jamais été aussi dangereuse dans une pièce où peu d'échappatoire reste possible. Par contre, vu les talents à pousser à la chansonnette de Shirogane, il est possible que ce nouveau plan se retourne contre elle. Au final, Kaguya, au lieu de l'empêcher d'admirer d'autres filles, va de nouveau réunir ces deux-là. Le danger est immédiat !

Du coup, on se demande si la patronne va en rester là. Ce sera bien entendu à lire ici. Le premier chapitre démontre que malgré ses astuces pour protéger son cœur, Kaguya devra comme les autres se mettre à nu. D'ailleurs, les dernières pages vont dans ce sens. On la voit perdre toutes ses photos-souvenirs du groupe sur son portable. Et, celui-ci n'avait pas d'enregistrement en ligne. Du coup, ce sont des larmes que l'on retrouve dans ses yeux. Elle ne les comprend pas encore. Une solution va-t-elle être trouvée ? Pas si facile ! Sinon, je suis sûr que c'est déjà arrivé à l'un d'entre vous, non ?

En tout cas, on parlera bien de photos dans ce tome. Car, même le photographe de l'école s'y met. Encore une fois, la petite ne peut se permettre de poser sans autorisation de sa puissante famille. Au final, il y aura tout de même une petite astuce. Je vous raconte pas tout, comme le jeu de pile ou face avec une pièce de monnaie. Ce tome fait partie des meilleurs. Et, dans cette série, il y a énormément de bons tomes. Alors, qu'attendez-vous pour craquer ?

En bref

« Alors pourquoi pleurer à cause de misérables photos ? »

9
Kaguya-sama : Love Is War
Positif

Une couverture qui montre tout le groupe

Kaguya avance petit à petit avec ses différents sentiments

Yû Ishigami est mon personnage préféré

Shirogane a du succès sans en rechercher

Ai Hayasaka sort le grand jeu

On apprivoise la petite nouvelle

Toujours de belles idées de scénarios au dixième tome

Negatif

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (743)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire