Critique Manga 17-21

7
17-21

par MassLunar le dim. 3 juil. 2022 Staff

La genèse de Tatsuki Fujimoto

Ces dernières années, Tatsuki Fujimoto est l'un des noms les plus appréciés dans le domaine du manga original et atypique, un auteur complet qui depuis Fire Punch fascine avec un univers iconoclaste, étrange au mépris du genre. 

Reconnu avec sa nouvelle série survoltée  Chainsaw Man, Tatsuki Fujimoto a également prouvé son aisance dans un registre plus intime et réaliste avec le one-shot Look Back

Nous n'avons pas fini d'entendre parler de lui et c'est tant mieux puisque Kaze a aussi décidé de revenir sur la genèse de ce mangaka avec la publication de  deux recueils 17-21 et 22-26. Le premier se concentre sur quatre petites histoires issue de l'imagination déjà fertile et baroque  du mangaka écrite et dessinées de ses 17 à 21 ans. Une première période qui se démarque déjà par des histoires curieuses et prenantes que ce soit celles de deux poules déguisées isolées face à la menace extra-terrestre, une déclaration d'amour qui n'en finit pas, un étudiant amoureux-transi capable d'arrêter une balle ou encore la rencontre improbable entre une tueuse à gages ingénue et un être maudit par le temps....

  • . Deux Poules au fond du jardin 

  • Dans cette première histoire, Fujimoto-san parvient à créer un petit climat anxiogène et fascinant en l'espace de quelques pages et ce malgré quelques évidents balbutiements au niveau du dessin. Le mangaka a 17 ans et un tremblement de terre venait juste d'avoir lieu alors qu'il devait entamer sa rentrée à l'université. Un one-shot au ton doucement apocalyptique qui n'éclipse pas un mélange d'émotions et d'humour absurde avec ces extra-terrestres copiant les humains et ces humains obligé de se déguiser en poules. Un one-shot qui aborde déjà et de manière précoce l'habileté de Fujimoto à jongler avec les émotions ne s'arrêtant jamais sur un ton monochrome mais dont on ressent ce curieux mélange de bienveillance et de desespoir que nous retrouvons dans son magistral Fire Punch.  Notons un chara-design un peu bancal mais qui témoigne aussi de l'humour absurde de son auteur à travers cette galerie d'extraterrestre vétues comme des terriens. Il y a un peu de recherche influencé par un amour certain pour la SF.

  • . L'élève Sasaki a arrêté une balle

  • Dans ce second one-shot, Tatsuki Fujimoto nous crie doucement à l'oreille que tout est possible à travers la volonté de Sasaki, un élève amoureux de sa jeune professeur et qui est bien déterminé à la sauver quitte à se prendre une balle. Dans ce one-shot, on appréciera davantage le dessin de Fujimoto et notamment son chara-design plus affirmé et expressif avec un sens de la narration plus épique qui traduit aussi bien la volonté de Sasaki, le personnage principal que celle de son auteur. Tout est possible dans ce one-shot mais Fujimoto n'oublie pas d'associer à cette morale un peu niais un ton déjà effrayant et amère comme le montre la dernière page. L'un des meilleurs titres de ce recueil.

  • . L'amour est aveugle

  • Place à plus de détente avec ce troisième one-shot qui se concentre sur une déclaration d'amour interrompue sans cesse par des imprévues. Un petit running gag qui encore une fois prouve la bonne maîtrise narrative de la part du mangaka tout en cultivant un petit univers d'humour absurde et cocasse, marque de fabrique de son oeuvre. De plus, à l'instar de L'élève Sasaki a arrêté une balle , on notera les finals de qualité de la part de Fujimoto capable de clotûrer une intrigue en peu de pages. Pour du one-shot, c'est un exercice à savoir maîtriser !

  • . Shikaku 

  • Au niveau du dessin, Shikaku en impose avec des trames plus prononcées et une ambiance plus horrifique et gore. A noter que la violence est aussi présente dans l'oeuvre de Tatsuki Fujimoto, une violence combinée parfois à un certain humour noir. Le personnage de Shikaku, une jeune tueuse à gages ingénue et cruelle se glisse parfaitement dans cette galerie délicieusement timbré de l'oeuvre de Fujimoto-San. Quelques plans dévoilent déjà la cruauté de l'univers du mangaka, un univers cruel rendu sympathique par certains marginaux. 

  • Avec 17-21 , nous savourons cette première incursion dans l'oeuvre balbutiante de Tatsuki Fujimoto. Avec ces quatre one-shot, l'auteur fait déjà montre de son excentricité et de son inventivité en proposant des courtes histoires prenantes durant lesquelles on prend plaisir à constater l'évolution de son talent. 

En bref

En somme, cette première anthologie est à lire pour tout fan (mais pas que ) de Tatsuki Fujimoto qui se respecte. Chacune de ses histoires est prenante et donne à voir l'évolution du style du mangaka puisque les ones-shots sont rangés par ordre chronologique. On apprécie le ton burlesque, ce curieux mélange d'excentricité et d'émotions que Tatsuki Fujimoto avait déjà distillé et ce à partir de 17 ans. A enchaîner directement avec l'autre recueil 22-26 !

7
17-21
Positif

Les débuts de l'auteur de Chainsaw Man et Fire Punch, une genèse qui nous régale déjà

L''évolution du style de l'auteur, déjà remarquable par son excentricité et un certain sens de la recherche

L' épisode de l'élève Sasaki

Negatif

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (371)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire