Critique Manga 22-26

8
22-26

par juju le lun. 6 juin 2022 Staff

Les prémices de Chainsaw Man

Anthologie 22 – 26 présente 4 histoires courtes dessinés entre ses 22 et 26 ans par Tatsuki Fujimoto, l’auteur de Chainsaw Man et Look Back. Et prenant suite de 17 – 21, publié un mois plus tôt.

Ces 4 histoires vont nous plonger dans l’univers de Fujimoton on commence à y reconnaitre certains personnages de Chainsaw et une histoire qui a servi de socle à Look Back. On aborde les notions de mort et de surnaturel, de recherche de soi à travers la sexualité, de la malédiction et donc de l’acceptation de l’autre et enfin l’amitié entre sœurs au travers de l’art.

- La rhapsodie des sirènes :

On découvre un jeune adolescent, Toshihide qui a perdu sa maman et qui n’a aucun souvenir d’elle. Il vit avec son papa sur un bateau, mais son père ne s’intéresse pas beaucoup à lui. Il peut donc sécher les cours quand il veut, ce qu’il décide de faire régulièrement. Il en profite pour aller se baigner dans l’eau, où il joue du piano. Un piano qui appartient aux sirènes, c’est pourquoi ses notes résonnent dans l’eau. A force de jouer, il va alors rencontrer une sirène dont il va tomber amoureux. Mais cette rencontre va lui faire revivre certains souvenirs enfouis. Une histoire qui m’a complètement captivé, l’auteur précise qu’il ne trouve rien de spécial à cette histoire, pourtant, c’est une de mes préférées de cette anthologie. Elle mêle une histoire d’amour presque impossible entre surnaturel et réalité. Une histoire touchante.

- Le syndrome de métamorphose en fille au réveil :

Un beau matin, Toshihide (encore ce même prénom) se réveille avec le syndrome de métamorphose en fille au réveil, une maladie incurable. Toshidihe est en couple à ce moment-là, mais sa petite amie va très vite l’accepter avec ce changement de sexe. Le problème c’est le regard des autres et notamment ses camarades de classe qui se moquent ouvertement d’elle en jouant notamment sur la nouvelle sexualité de Toshihide. Elle va alors se poser plein de questions sur sa nouvelle attirance envers les garçons. Une histoire qui peut poser la question de son attirance sexuelle envers les filles ou les garçons, une histoire qui ne m’a pas plus marqué que ça.

- La prophétie de Nayuta :

Nayuta est une jeune fille un peu particulière. C’est en réalité un mage au crâne percé de cornes, son cœur n’est pas humain et elle parle une langue cruelle et hermétique. Elle m’a fait penser à Toge Inumaki dans Jujutsu Kaisen dans sa communication avec ses « bonites séchées ». Son frère Kenji, prend énormément soin d’elle et essaie de la protéger du monde extérieur qui veut absolument la tuer, puisque annonciatrice de destruction. L’histoire m’a clairement fait penser à Chainsaw Man, dans les dessins et dans certaines postures des personnages, en particulier quand elle prend un bain avec son frère. On voit rapidement la ressemblance entre Denji et Power. D’ailleurs les deux cornes rappellent étrangement penser Power. J’ai beaucoup aimé cette histoire, entre acceptation de l’autre et relation entre frère et sœur.

- La grande sœur de la petite sœur :

Encore une histoire de sœur. Cette fois dans une école d’art. Mitsuko découvre avec horreur et stupéfaction une toile d’elle nue à l’entrée de son école. Chaque année une œuvre est sélectionnée et celle-ci trône une année dans le couloir de l’école. Très vite Mitsuko est moquée par ses camarades, elle subit une véritable humiliation. Elle décide de se venger et de peindre à son tour un nu de sa petite sœur. L’auteur précise que cette histoire a servi de socle à Look Back. Personnellement je ne vois pas bien la ressemblance à part le fait que ni cette histoire ni Look Back ne m’ont marqué.

Une anthologie qui s’avère toutefois très divertissante, c’est toujours très sympa de lire des one shot en histoires courtes des auteurs à succès. Après la découverte des histoires courtes d’Araki (jojo’s), cette lecture permet de voir comment les auteurs se construisent et trouvent leur propre identité.

En bref

Une anthologie qui s’avère toutefois très divertissante, c’est toujours très sympa de lire des one shot en histoires courtes des auteurs à succès. Après la découverte des histoires courtes d’Araki (jojo’s), cette lecture permet de voir comment les auteurs se construisent et trouvent leur propre identité.

8
22-26
Positif

4 histoires toutes différentes

Des personnages qui se cherchent dans leur quotidien

Des petites ressemblances avec Chainsaw Man

Negatif

juju Suivre juju Toutes ses critiques (326)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire