Critique Manga Lone Wolf & Cub #1

10
Lone Wolf & Cub

par MassLunar le dim. 6 févr. 2022 Staff

La voie du samouraï, du père et du fils...

Sans surprise, je vais suivre les coups de cœur de mes collègues avec cette réédition prestige du premier volume de Lone Wolf and Cub chez panini ! Une édition qui en jette pour un manga de samouraï prestigieux qui a notamment inspiré des artistes tel que Quentin Tarantino ou Franck Miller.

Personnellement, j'avais seulement entendu parler de Lonewolf and Cub que par le biais d'une petite bande-annonce de la série de films Baby Cart directement inspirée de ce manga. C'est un réel plaisir que de découvrir enfin ce monumental manga publié pour la première fois en 1970. Une jolie proposition de la part de Panini qui vient ainsi clôturer une fin d'année 2021 elle-même riche en rééditions et redécouvertes.

Monumental, ce manga l'est assurément que ce soit au niveau d'une édition soignée avec une élégante (bien qu'un peu fragile) jaquette recouvrant une jolie couverture toilé assortie avec un vernis vert brillant. Certes, le prix à 32 euros peut freiner mais il va de pair avec une lecture lente et posée et vu la qualité éditoriale...c'est tout simplement justifié. Une édition du tonnerre donc qui n'a forcément d'égale que son contenu.

Un contenu signé Kazuo Koike au scénario et Goseki Kojima au dessin. Deux mangakas illustres du style Gekiga, le penchant réaliste et dramatique du manga né durant les années 60. Kazuo Koike fut l'un des enseignants majeurs de ce style et le professeur de quelques mangakas tout aussi illustres tels que Tetsuo Hara ou Rumiko Takahashi. Le travail de Goseki Kojima est plus inédit en France. Son œuvre majeure demeure surtout Lone Wolf & Cub pour lequel il a récolté diverses récompenses tout au long de sa carrière. Son dessin est magistral dans un plus pur style dramatique assorti d'une atmosphère évolutif en lien avec les saisons.

Chaque histoire de ce premier volume de Lone Wolf relate un assassinat de la part de notre héros, Itto Ogami, un ronin, ancien bourreau du Shogun , qui a décidé de suivre la voie de l'Assassin. Dans un Japon médiéval, durant l'ère Edo, notre samouraï déchu enchaine les contrats et circule de han en han ( les territoires des seigneurs locaux) en compagnie de son jeune fils Daigoro. Un père et son fils guidé par l'assassinat mais aussi l'honneur du samouraï.

Si Lone Wolf se démarque autant , c'est surtout pour ce duo de personnages mémorable entre le père qui représente la figure froide et intraitable d'un ronin imbattable et ce fils qui incarne une certaine forme d'innocence plus ou moins nuancée par les affrontements sanglants auquel il assiste. Un duo un peu antithétique qui équilibre parfaitement le ton de ces mini-épisodes entre brefs coups de sabre  et petits moments d'accalmies.

Avec ce premier tome, Lone Wolf ne suit pas d'intrigue principale, chaque chapitre est  calquée sur une aventure différente. Une structure qui n'est pas dérangeante et qui permet de savourer posément ce livre comme si nous suivons une espèce de petite série anthologique sauf que nous retrouvons à chaque fois ce même duo de personnages qui s'affinent tranquillement au fur et à mesure des saisons. Si nous découvrons lentement ce duo père/fils, l'écriture de Kazuo Koike est suffisamment ciselée et variée pour ne pas tomber dans la redite et la morosité. Chaque contrat possède son propre climat et présente à chaque fois quelques personnages charismatiques. . Pour en relever quelques-uns, on peut citer l'épisode avec les huit  guerrières qui présentent d'intéressantes adversaires , celui de la prison qui montre à quel point la determination de notre héros est élevé dans l'accomplissement de ces contrats , celui  de "la passe sans porte" profondément spirituel, le chapitre  "Kantorai" qui met parfaitement en valeur le sens du sacrifice du samouraï on encore l'épisode final qui est centrée sur une confrontation digne de ce nom et porté par des dialogues et un jeu d'opposition jubilatoire.

Chaque chapitre possède sa petite histoire, son code d'honneur, sa leçon et sa conclusion révélant un peu plus la détermination d'un père fidèle à son code du samourai malgré son statut de ronin et l'incertitude quand à l'avenir de son fils qui tout en empruntant la voie de son père demeure un enfant. Pour l'heure, ce premier volume expose tranquillement ce duo dont on rejoint le voyage sans vraiment en connaître le début mais cela suffit pour nous pousser à partager un bout de chemin aux côtés de ce Loup Solitaire et de son fils. 

En bref

Cette réédition de Lone Wolf permet la redécouverte d'une œuvre majeure du manga de samourai en librairie. Un coup de cœur intemporel tout droit venu des années soixante-dix et dont les planches ne souffrent d'aucune ride...

10
Lone Wolf & Cub
Positif

La quintessence du manga de samouraï dans le plus pur style gekiga-historique par deux artistes majeurs

Un duo de personnages à la relation aussi forte que touchante oscillant entre voie de l'assassin et voie de l'enfant

Des épisodes anthologiques variés sans répétition

Une réédition prestigieuse assortie avec une postface intéressante

Negatif

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (388)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire