Critique Manga Mermaid Saga #2

8
Mermaid Saga

par Tampopo24 le lun. 10 janv. 2022 Staff

La peur de la solitude

Second et dernier volume regroupant les histoires de Rumiko Takahashi sur les amateurs de chair de sirène, la lecture laisse un petit goût d'inachevé qui heureusement ne vient en rien gâcher le plaisir pris à découvrir la noirceur de ces contes fantastiques.

Comme dans le premier volume, nous suivons plusieurs histoires autour de ces créatures fantastiques que sont les sirènes et dans lesquelles nous croisons toujours Yuta et Mana, deux jeunes gens ayant eux aussi été victimes de ces dernières à leur façon. L'autrice reprend la même recette qui a fait ses preuves : des histoires dramatiques racontée avec énergie et sentiment où nos héros, spectateurs bien involontaires, vont plonger dans les tréfonds de l'âme humaine tandis qu'ils vont croiser des amateurs de chair fantastique aux pouvoirs mirobolants. Les histoires peuvent à nouveaux se lire indépendamment les unes des autres et dans l'ordre qu'on veut mais on retrouve le même fil rouge et la même intention puissante autour des thèmes de l'immortalité et de la peur de vieillir et d'être seul.

J'ai beaucoup aimé la première histoire, qui est probablement ma préférée de ce recueil. J'ai été frappée par l'écriture de cet enfant "éternel" et de son rapport à ses mères. Si j'avais deviné très vite de quoi il en retournait, ça ne m'a pas empêcher d'apprécier les talents de conteuse de l'autrice et de metteuse en scène de la dessinatrice qu'il y a également en elle. J'aime beaucoup le contraste entre la lente noirceur dont elle fait preuve en faisant monter la tension autour de ce drôle de duo mère-fils et le dynamisme léger très shonen des affrontements où on en est presque à rire des mimiques et grimaces exagérées des "gentils" qui se battent contre le "méchant".

Les autres histoires du recueil sont du même tonneau avec souvent la figure d'un enfant qui vient se prêter au drame mais celui-ci n'étant plus l'acteur, je leur ai trouvé moins de profondeur. J'ai cependant à nouveau beaucoup aimé ce qu'elles disaient du mythe de la sirène vu par les japonais, mais également des histoires plus personnelles de chaque duo croisé, car l'autrice aime faire fonctionner ses personnages par deux ici. Ainsi, elle propose de nombreuses variations sur le même thème, celui de la peur de la solitude, mais toujours dans des décors différents que ce soit des temps ou époques passées, mais aussi des classes sociales différentes et des relations de dépendances différentes, même si on tourne très souvent autour de relations filiales.

Malgré tout, malgré cette répétitivité qui peut apparaître, jamais je ne me suis ennuyée. La profondeur des sentiments des personnages croisées, le drame qui se joue toujours autour d'eux, le sentiment désespéré qui se prend d'eux sous le regard souvent un peu impuissant du duo de héros, qui a beau essayer d'intervenir, n'en change pas grand-chose, tout cela a contribué à faire pour moi de ce titre un quasi coup de coeur à nouveau avec ces nouvelles histoires.

En bref

A ce jour, aux côtés de Maison Ikkoku, Mermaid Saga est mon oeuvre préférée de l'autrice. J'en aime énormément l'ambiance, les décors, les thèmes mais aussi le dessin de l'autrice qui n'a pas encore le côté formaté et lisse qu'il a à présent mais plutôt quelque chose d'un peu plus âpre. Alors merci à Glénat de l'avoir ressorti de manière complète cette fois et dans une édition grand format qualitative.

8
Mermaid Saga
Positif

Mon Rumiko Takahashi préféré avec Maison Ikkoku

Des histoires sombres et tragiques

Le fantastique au service de peurs ancestrales

Le thème de la solitude

De beaux dessins

Une édition de qualité

Negatif

Un sentiment d'inachevé

Des histoires qui se ressemblent un peu

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (693)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire