Critique Manga Promesses en rose #4

6
Promesses en rose

par Tampopo24 le sam. 18 déc. 2021 Staff

Séduire sa belle-famille

Panini poursuit la reprise de cette romance d'un autre temps signée Kaho Miyasaka, une autrice qui a fait le bonheur de leur catalogue à une époque.
Toujours aussi classique, elle détaille une histoire d'amour vaguement historique avec tous les marqueurs du genre. Si une histoire banale du genre ne vous dérange pas, vous passerez un bon moment car l'écriture en est parfaitement maîtrisée. Si vous cherchez une pointe d'originalité vous serez en revanche déçue. Je suis un peu entre les deux, appréciant une histoire bien contée mais m'ennuyant un peu face à tant de prévisibilité.

Retsu et sa fiancée Iroha ont beau s'être trouvés et compris, il leur reste encore bien du chemin à faire avant leur mariage en grandes pompes, car tout le monde n'est pas très chaud à l'idée de leur union dans leur monde de la haute.
L'autrice consacre donc ce tome à leur conquête de la famille de Retsu et en particulier de son petit frère et de son père. Le premier est très attaché à Retsu et va tout faire pour discréditer et faire tourner en bourrique sa fiancée afin de le garder. Le second est plus mystérieux et semble opposer à leur union, mais pour quelle raison on se le demande bien. Est-ce que ça aurait un rapport avec son grand amour pour la mère de Retsu ?

En attendant, la mangaka enchaîne ainsi les épreuves pour eux, enfin je dis pour eux, surtout pour Iroha car Retsu se contente la plupart du temps de tenter de la séduire et de la réconforter quand ça ne va pas. Il a un rôle de chevalier servant un brin coquin et sexy bien ancré. Kaho Miyasaka enchaîne donc les scènes romantico-piquantes où les héros se tournent autour, se volant une caresse ou un baiser sans jamais aller plus loin. On est vraiment à fond dans une adaptation à la lettre donc un peu kitch des romances historiques. C'est assez amusant.
Retsu est en plein dans le rôle du chevalier servant et Iroha de la damoiselle en détresse mais avec un répond qu'on voit apparaître peu à peu, tandis que Rui le petit frère est le diablotin qui vient leur jouer des tours et que le père de Retsu est un grand diable un peu manipulateur. Cela reste cependant fort gentillet et à chaque fois tout est bien qui finit bien avec un schéma visant à consolider le couple dans leurs sentiments et dans la confiance qu'il gagne chez les autres.




Cependant l'autrice s'est sentie obligée d'inclure dans les dernières pages la sempiternelle rivale amoureuse mesquine qui va tenter de piquer Retsu à Iroha en se comportant comme une peste. Celle-ci ? Une belle marquise raffinée et impitoyable à l'opposée d'Iroha. On est en plein dans les clichés du genre avec le père qui semble observer cela sans sourciller voire l'avoir organiser et une héroïne à nouveau en détresse. Cela prête donc plutôt à rire pour le lecteur un peu blasé comme moi.

En bref

Promesses en rose se présente donc comme une lecture fort divertissante pour peu qu'on ait le recul nécessaire. C'est une interprétation à la japonaise d'un genre éculé chez nous : la romance historique victorienne. Tous les éléments y sont pris et assemblés au pied de la lettre, ce qui m'amuse bien je trouve. Alors oui, c'est classique, téléphoné, sans nuance ni profondeur, mais c'est parfaitement raconté, avec tendresse et humour, donc on s'amuse bien à le lire.

6
Promesses en rose
Positif

Un classique maitrisé

L'adaptation en manga d'une romance victorienne jap

De beaux dessins

Des scènes romantiques en pagailles

Un couple qui avance envers et contre tout

Negatif

Archi classique

Aucune revisite ou originalité

Des personnages et situation trop stéréotypés

Un pénible triangle amoureux qui se dessine

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1647)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire