8
Réincarné dans un autre monde

par Auray le jeu. 18 nov. 2021 Staff

La magie des slimes

Si vous habitiez au Japon, vous iriez peut-être tranquillement en librairie allez chercher le quatorzième tome de votre série préférée du moment. En France, il porte le doux nom de réincarné dans un autre monde. « Un isekai ? Encore ! », vous allez me dire. Certes, on ne change pas un scénario qui gagne. Il est vrai que l'on peut facilement se lasser d'un genre, même diversifié. J'avais lu l'interview d'une traductrice qui spécifiait que le manga utilisait souvent, la répétition d'un certain mot ou d'une phrase, que nous Français, nous détestons. Alors ce cycle sans fin qu'affectionnent tant les Japonais pourra-t-il de nouveau percer avec cette œuvre ?

Déjà, chose rare pour ma part, l'histoire courte se situant toujours en fin de tome est qualitative. Simple comme les lights novels, mais efficace et plein de bons sentiments. On y parlera un peu plus des rapports originaux entre Yûgi et Proud Wolf qui rappelleront certainement de bons souvenirs aux amis des bêtes. C'est assez efficace avec ces quelques notes humoristiques car le poilu est tout, sauf ce que son nom indique, c'est-à-dire, fier. Son dessin auparavant est d'ailleurs assez particulier, limite dans un autre ton qui se veut plus cartonnesque. Le mélange avec le reste plus sérieux de l'histoire se fait étonnamment bien.

Car, parfois, on a, a contrario, du mal avec la tête d'enterrement du héros. On le voit encore une fois sur la couverture, ça respire pas la joie de vivre ! Pourtant, celui-ci a des pouvoirs dont on rêverait tous, surtout si vous aimez comme moi les slimes. Ce sont ces petits êtres fantastiques qui lui obéissent au doigt et à l'oeil. Mais, il faut le spécifier, ses rapports avec sont bien plus sympathiques qu'avec son patron trop sévère de l'autre univers. Il est loin celui qui, il y a encore peu, échappait à un travail qui le tuait petit à petit.

Sinon, ce tome continue sur la bonne lançée du premier. On y découvre le passage obligé de l'explication par la guilde afin d'obtenir différents titres, suivant les niveaux d'aventuriers donnés. Ça reste rapide, et c'est tant mieux. Du coup, on passe vite à quelques gags où le héros ne fait pas du tout attention à ses prodiges. Il rencontre aussi un nouveau personnage féminin assez magique et écolo qui aura un rôle à jouer dans la bataille à venir.

Effectivement, et c'est là que le manga sort le grand jeu, il y a une menace grandissante qui plane sur la ville. Tout part d'une simple pierre maléfique qui mènera les monstres à leur but. Et autour, ils commencent à vouloir envahir les habitants de la ville. Yûgi et ses slimes vont prêter main-forte à ceux qui l'ont si chaleureusement accueilli. Et c'est limite, seul, qu'il va mener sa stratégie de défense. On est carrément porté par ses pouvoirs immenses, dont il reste, on en est persuadé, une part de mystère. Vous ne pourrez plus fermer le tome à ce niveau-là afin d'avoir rapidement la suite trépidante.

Réincarné dans un autre monde a des bases communes aux isekais, c'est certain. Pour autant, j'ai adoré voir les slimes à l'oeuvre, ce loup si peureux, et notre héros qui ne manque pas de faire parler de lui à chaque quête trop facilement menée. La deuxième partie est énorme tant on est plongée dans le rythme effréné d'une bataille, dont on vit chaque seconde. Comme notre ancien bosseur, on découvre au fur et mesure ce qu'il peut faire afin d'aider au mieux chaque personne qui lui est désormais chère en son coeur. Pas étonnant que le tout dur depuis quatorze tomes au Japon. On devrait peut-être y faire vraiment un tour au final ?

En bref

« Écoutez-moi tous ! Si vous trouvez d'autres slimes près de vous, recrutez-les ! »

8
Réincarné dans un autre monde
Positif

Les slimes, ces héros !

Proud Wolf, téméraire malgré lui

Un nouveau personnage féminin

La bataille de fin qui est incroyable

Negatif

Le héros va-t-il sourire un jour ?

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (609)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire