6
To your eternity

par Tampopo24 le dim. 12 sept. 2021 Staff

L'envie de vivre

Même si la série continue à conserver la force et la beauté de ces thèmes, je ne parviens plus à être embarquée et subjuguée comme c'était le cas dans la première partie. Ce passage à l'air moderne fonctionne mal avec moi et fait perdre une grande partie de son charme à la série.

Imm est toujours en plein affrontement avec la nouvelle version des knockers, c'est le fond de commerce de la série et cela le reste, sans surprise. Si cet aspect là est celui qui me plait le plus et le reste, j'ai bien plus de mal avec l'environnement immédiat de l'histoire. Je trouve que l'autrice force beaucoup trop le trait sur les travers de notre société moderne. Elle caricature tout, exagère, pousse à l'extrême et autant dans un univers de imaginaire de fantasy, ça peut passer, autant dans un univers contemporain, qui est une sorte de reflet du nôtre, forcément ça dénote plus...

Ainsi, l'arrivée d'une nouvelle petite contaminée par un knocker, dans un environnement où le grand frère par alliance est d'abord une caricature de l'otaku lolicon, et la mère, la caricature de la femme qui n'en a rien à faire de sa fille et préfère séduire les hommes, c'est too much pour moi. Je n'ai pas réussi à ressentir l'émotion perçue lors des rencontres avec les autres figures clés de la série. Tout était trop exagéré pour cela. Ce ne sont pas les nuances apportés par la suite qui suffisent car on reste dans une narration poussive, surchargée et exagérée qui manque de finesse et de justesse. C'est vraiment dommage.

En revanche, les questionnements qui viennent se poser autour du rôle d'Imm dans la chasse au knockers, son pouvoir de tuer et comment il le vit, ça s'est intéressant et pertinent, car jusqu'alors prendre la vie avait été traité un peu trop par-dessus la jambe. Là, on a un héros qui se met vraiment à réfléchir sur la douleur qu'il inflige et des personnages autour de lui qui cherchent d'autres solutions que la violence. C'est une belle ouverture que j'espère voir travaillée.

La mythologie de la série continue à évoluer elle aussi. On découvre des knockers qui parasitent différemment les humains et leurs hôtes en général. Imm, lui, nous est montré de plus en plus humain, tout comme l'Homme en noir. Et surtout, il est confronté dans les ultimes pages au personnage clé de cet univers qui n'est peut-être pas celui qu'il croyait et qui va le pousser ça un nouveau type de confrontation pour s'en sortir. L'évolution est inévitable.

En bref

C'est donc à nouveau mi-figue mi-raisin que je termine cette lecture. J'aime le développement de la psychologie du héros et de l'univers. Je n'aime pas ce reflet du présent totalement exagéré et surjoué qui donne une narration poussive et criarde. Je préférais de beaucoup la poésie et l'étrangeté de la première partie que je regrette énormément...

6
To your eternity
Positif

Un héros qui évolue et se questionne sur le bien, le mal, la vie, la mort, la souffrance

Une mythologie toujours en construction avec les nouveaux knockers

Un joli groupe d'amis autour d'Imm

Negatif

Un cadre contemporain totalement exagéré et criard

Une narration poussive et maladroite

Une aventure qui a perdu toute sa poésie

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (618)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire