9
Dragon Head

par Tampopo24 le dim. 18 juil. 2021 Staff

Nature hostile

Magistral ! Voilà le seul mot qui me vient à l'esprit après avoir refermé ce troisième très gros volume de la nouvelle édition de Dragon Head. Minetaro Mochizuki a vraiment écrit un thriller post-apocalyptique brillant et suffocant.

Après un premier tome sous-terre, un deuxième où les héros regagnent l'air libre, le troisième offre une petite virée dans ce Japon ravagée par une catastrophe dont on ignore tout. Le voyage est tout sauf simple puisque nous n'avons presque aucun repère et que le mystère est complet. Nous allons suivre avec peur et angoisse les indices qui mènent aux origines de ce qui a eu lieu.

Dans ce tome, Minetaro Mochizuki change son duo de héros, après Teru et Ako, place à Ako, Iwada et Nimura, ces derniers appartenant à la sécurité civile n'ont pas été tendre avec nos ados au début mais la situation a fait que c'est ensemble qu'ils partent à la quête d'indices et d'explications pour parvenir à survivre dans ce monde devenu si hostile. Le trio surprend d'abord, il ne correspond pas aux dynamiques habituelles, et le duo qui finit par en ressortir surprend encore plus. Un peu comme dans Akira, c'est au final la fille qui endosse le poids de la crise qui se joue et qui est la vraie héroïne ici. Ako est transcendée par ce drame et est la seule à avoir encore l'énergie et la foi nécessaire pour continuer envers et contre tout.

Contre tout, car oui, tout ce qui les entoure leur devient hostile. Nous découvrons au fil des chapitres l'ampleur de la catastrophe et celle-ci fait peur. Puissant son inspiration dans les peurs ancestrales des japonais : tremblement de terre, tsunami, nuage toxique... , tous les ingrédients sont là pour peu à peu susciter un effroi de plus en plus grand. Cette ambiance anxiogène est parfaitement travaillée et nourrie par l'auteur qui a tissé ici quelque chose d'aussi intense et mystérieux que dans l'Ecole emportée. A chaque nouveau lieu, nouveau personnage croisé, on espère des réponses qui malheureusement sont toujours aussi parcellaires et ne font que faire monter nos craintes au fil des films que l'on se fait sur une potentielle catastrophe globale d'une ampleur jamais vu. Aucun paysage n'a été épargnée, pire cela semble avoir pris sa racine au coeur même du pays.

Alors forcément tout le monde a peur, tout de monde panique. C'est parfait pour l'auteur, qui voit là le terreau parfait pour saisir la psyché humaine et il la capture avec maestria. La déclinaison qu'il propose sur ce que la peur peut faire chez l'être humain est magistrale. C'est effrayant à souhait de voir la folie s'emparant des individus et des foules. Les choix faits alors font froid dans le dos. Et voir l'homme revenir à son état premier de bête quasi sauvage très individualiste est saisissant. Heureusement, il y a une lueur d'espoir avec Ako et son côté Jeanne d'Arc qui part en croisade pour le bien de l'humanité, enfin de Teru. La professeure qu'elle croise également est un peu personnage plein d'abnégation. Et que dire d'Iwada et Nimura ? Le premier est quelqu'un de fiable, avec la tête sur les épaules, alors que le second gère très mal sa peur mais peu à peu au contact d'Ako, il devient moins imbuvable, tout en restant lui-même quand même. C'est un portrait assez fin. Mais ici, surgit surtout une figure fascinante : celle d'un jeune homme au crâne couturé qui parle de dragon et qui semble avoir subit des expériences scientifiques... Une référence au titre Dragon Head ? On ne sait encore mais il est fascinant dans tout ce qu'il représente.

En bref

Nous baladant d'une ville en feu, d'un ciel envahi par un sombre nuage, à une presqu'île submergée par les eaux, en passant par une forêt devenue source de toutes les craintes avant de revenir à une ville mortuaire, Minetaro Mochizuki écrit comme personne sur le Japon après une terrible catastrophe où tout le monde est perdu, où personne ne sait que faire, mais où quelques individus se débattent pour survivre et découvrir la vérité. Juste fascinant et magistral dans son exécution !

9
Dragon Head
Positif

Une ambiance étouffante et angoissante

Un terrible travail sur la psyché humaine lorsqu'il faut survivre

Le survival et le post-apocalyptique jamais aussi bien mêlé

Un nouveau duo/trio à suivre

La rencontre d'un personnage fascinant qui détient peut-être certaines clés

Une succession de paysages plus hostiles les uns que les autres

Un récit fascinant et magistral sur le monde d'après

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (588)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire