8
Iruma à l'école des démons

par Niwo le dim. 11 avril 2021 Staff

Immersion dans le monde des démons

J'attendais ce quatrième tome d'Iruma à l'école des démons avec impatience. Après une longue absence, je me suis empressé de le lire car le tome 3 nous annonçait des révélations significatives. Alors que les trois premiers tomes nous introduisaient principalement les personnages et l'école dans son ensemble, on rentre cette fois-ci dans le vif du sujet : un démon n'est pas bon.

Même si cela évolue avec les années, un démon reste mauvais et on pouvait se douter qu'un jour certains remettraient en question le système. Notamment le système hiérarchique qui prône l'élite comme c'est le cas également dans notre réalité. Les faibles sont opprimés et les forts dominent, surtout lorsqu'un être dit faible naît dans une famille noble. C'est sûrement le cas qui subit le plus, car il est renié et exilé pour ne pas donner mauvaise image à sa famille. Je n'entrerais pas dans le détail à ce propos pour éviter de trop en dire, mais c'est le cas de l'un des personnages que l'on suit.

Reprenons. La fête des Batora se prépare : trois jours de fête, avec un prix d'excellence pour le Batora qui saura se démarquer. Notre équipe de bras cassés (Iruma, Alice, Kiriwo et Clara) ont prévu une chouette surprise pour l'ensemble des démons : un feu d'artifice. Ils sont persuadés que cela leur permettra de remporter le prix. Comme on a déjà pu le percevoir précédemment, Kiriwo a un tout autre but : briser l'équilibre de l'école en faisant un maximum de victimes. Sous son air simplet, c'est un véritable dégénéré qui s'excite devant le désespoir d'autrui...

Chaque Batora a sa spécialité et se donne à fond pour convaincre les autres Batoras de sa supériorité. Mais un événement vient perturber la fête : des grandes vitres bloquent la majorité des accès à l'école, comme une sorte de labyrinthe dont la sortie est la place centrale. Le but est de regrouper un maximum de démons au même endroit pour la grande explosion. Tout cet événement m'a prouvé que ce manga n'était pas seulement une comédie, il mêle parfaitement les différentes ambiances et on se prête facilement au jeu. Comme je l'ai déjà dit précédemment, je n'en attendais rien au départ et pourtant je ne parviens pas à décrocher chaque fois que je débute un nouveau tome.

Chaque présentation de personnage est totalement ancrée dans le scénario et se veut progressive : on peut, de ce fait, plus facilement gérer les informations diverses et cela a pour effet de ne pas couper le rythme du récit. Par ailleurs, Iruma évolue à chaque nouvelle rencontre et développe sa propre personnalité, ce qui ne lui était pas autorisé dans le monde des humains. Pour un garçon ordinaire comme lui, on aurait pu penser que l'auteur jouerait avec sa médiocrité afin de susciter de la pitié, mais il n'en est rien. Iruma est un héros certes ordinaire mais qui inspire le respect et c'est, je pense, ce qui m'a aidé à accrocher rapidement.

En bref

Ce quatrième tome d'Iruma à l'école des démons nous plonge plus concrètement dans l'histoire du titre et tout son aspect démoniaque. Nous sortons donc officiellement de la phase d'introduction des personnages. Tout le potentiel du titre se dévoile au fil des tomes et il est aisé de comprendre pourquoi la série est toujours en cours au Japon.

8
Iruma à l'école des démons
Niwo Suivre Niwo Toutes ses critiques (375)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire