5
Aria the Origination

par Pois0n le lun. 25 mai 1970 Staff

Aria perd, selon moi, une certaine partie de son charme une fois transposé sur un support animé.

Il faut avant tout savoir que nous avons ici droit à la troisième saison d'Aria, Kaze n'ayant apparemment pas jugé bon d'acquérir les licences de l'intégralité de l'histoire et surtout son début... Si les lecteurs du manga seront heureux de découvrir ici la fin (l'éditeur Kami ayant stoppé la parution au tome 7), les nouveaux venus seront un peu paumés devant un univers et des personnages qu'ils ne connaissent pas.
Encore heureux que tout soie très simple ici. Il est question de petites histoires, d'aventures "ordinaires" de nos jeunes gondolières dans la ville de Neo-Venezia, la trame de fond n'est pas très présente et il est facile de prendre le train en marche.
Pourtant, la sauce ne prend pas aussi bien qu'en manga. Si la bande-son nous immerge littéralement à Venise, quelques détails agaçants empêchent de profiter du voyage.

Pour rappel, dans le manga, c'était le côté contemplatif qui faisait toute la magie du titre. Depuis le temps que l'on nous présente Neo-Venezia comme une ville extraordinairement vivante, joyeuse, jamais figée (un épisode entier est même consacré à cette seule idée), on s'attendait logiquement à la découvrir... "vivante", remuante quoi. Le support animé s'y prêtait naturellement.
Eh bien pouic. Neo-Venezia n'a jamais paru aussi statique! Il n'y a jamais grand-chose qui bouge à l'écran, si sur les plans fixes de paysages, ça passe, sur un marché grouillant de monde, ça fait tache. Et que dire lorsque nos jeunes filles marchent dans la foule, étant les seules à être animées, on dirait que le temps s'est arrêté autour d'elles. On se demande parfois si l'on regarde un anime ou un joli diaporama! Et comme il n'y a même plus la patte de Kozue Amano...

L'histoire garde, elle, toute sa poésie, ses petits moments drôles, ses moments plus tristes, mais ça n'a vraiment pas le même impact qu'en manga.
Enfin, il faut savoir que les sous-titres n'ont pas l'air de toujours coller. Par exemple j'ai parfois pu lire "au revoir" alors que moi, ce que j'entendais, c'était "merci beaucoup"... Si il y a des décalages sur des petits trucs simples comme ça, je me demande forcément s'il n'y en a pas d'autres que je ne peux pas comprendre "à l'écoute".

Au final, un anime a recommander exclusivement aux fans avides de connaître la fin de l'histoire, quant aux autres, procurez-vous plutôt le support papier...

En bref

5
Aria the Origination
Pois0n Suivre Pois0n Toutes ses critiques (286)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire