• Critique One Piece - Color Walk T.1 par

    Très peu d'artbooks se retrouvent édités en France, les fans de la licence et les collectionneurs ne peuvent donc que remercier Glénat d'éditer ceux de sa licence-phare dans la langue de Molière et à un prix accessible. Si l'on comprendra difficilement l'écart séparant les dates de sortie du second et du troisième, la sortie prochaine de celui-ci et celle du suivant programmée pour cet été ont de quoi donner envie aux retardataires (oui, vous, là-bas, au fond) de s'intéresser à ceux déjà disponibles dans nos contrées.

    Si vous collectionnez les artbooks mais n'êtes pas fan de la licence, Color Walk 1 n'est pas un livre que vous achèterez pour la beauté pure des illustrations comme vous pourriez le faire pour un Shunya Yamashita, par exemple.

    Chez Eiichiro Oda, c'est le dynamisme des illustrations au travers des poses et expressions des personnages et des angles de vue qui séduit; les petits détails ajoutés ça et là qui retiennent l'attention; et bien sûr, toujours, ce côté complètement loufoque qui fait souvent sourire. De ce côté-là, le contrat est rempli à 200%, le livre est toujours plaisant à parcourir et l'on se demande régulièrement où Oda a été pêcher "des idées pareilles".

    Le vrai souci qui pourrait rebuter le profane provient de la colorisation de ces illus "premières années", plus axée sur le contraste couleur/reflets blancs que sur les ombrages, ce qui donne une colo très douce qui fait tâche par rapport à la pêche dégagée par les images. Le ciel en blanc n'aide franchement pas. En résulte une désagréable sensation de fadeur pour toutes les compositions avec paysage, un défaut atténué dans le second artbook mais qui ici peut plomber l'appréciation du bouquin.

    Si vous êtes fan, vous savez déjà tout ça.

    Ce recueil compile donc les illustrations réalisées entre Août 97 et Avril 99. Si vous espériez voir Robin ou Franky, c'est loupé. Si l'on peut considérer comme normal de trouver les ébauches en couleur, les "premières versions" des personnages en guise de bonus à la fin, on comprend nettement moins le placement des crayonnés en noir et blanc. Ce genre de chose se trouve habituellement soit tout au début, soit à la fin, mais pas comme c'est le cas ici au beau milieu du livre, qui présente les illustrations dans un ordre chronologique! Les versions couleur de planches du manga sont, elles, éparpillées un peu partout.

    Mis à part ce détail probablement hérité de la version japonaise, la présentation du livre s'avère sans chichis, sans éclat. Si les pages "de séparation" entre les différentes parties du livre sont vraiment très belles avec la carte en arrière-plan, elles tranchent radicalement avec les grandes marges blanches entourant les illustrations la plupart du temps. Marges blanches qui renforcent l'impression de fadeur évoquée plus haut!

    De plus petites illustrations ou reprises en miniature de la page précédente accompagnées d'un commentaire de l'auteur se trouvant elles sur de grandes pages vides colorées uniformément.

    L'édition de Glénat se révèle bonne, même si les pages auraient pu être un poil plus épaisses. La carte du monde sous la jaquette est une bonne surprise.

    Difficile de donner une note à ce One Piece Color Walk 1 sachant que l'appréciation change pour ce tome-ci du tout au tout selon que l'on soie fan hardcore ou simple curieux. Les fans l'adoreront sans doute; pour les autres, le sentiment est beaucoup plus mitigé et il vaut mieux s'orienter directement sur le second tome, largement supérieur à tous points de vue.

    6

    Poison Lady - 22 avril 2012

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu One Piece - Color Walk T.1 ?
Ecrire une critique