• Critique Jojo's Bizarre Adventure par

    Jojo est riche. Voila un bon qualificatif pour cette oeuvre. Riche de huit parties, riche de bon nombre de personnages, riche d'un univers étoffé et cohérent, riche enfin d'un scénario habile façonné d'une main de maître.

    D'abord, l'auteur met en place un système de narration unique (désolé Toriyama, mais sur ce coup, tu t'es fait dépasser) étalé sur plusieurs parties: chacune d'entre elle se déroule à une époque différente, à un endroit différent, et possède des personnages différents. Chacune suit l'histoire d'un membre de la même famille, celle des Joestar, tous surnommés Jojo (d'où le titre). L'auteur a donc acquis une technique de dessin et de narration évoluant constamment au cours du récit, tant que les designs des premières parties donnent l'impression d'avoir été dessinés par quelqu'un d'autre. Chacun aura donc sa propre opinion sur quelle partie graphique il préfère.

    De même, chaque personnage est très bien construit, certains préférant même les antagonistes aux héros. Chaque Jojo a un tempérament différent, et le Jojo de la partie 6 est une fille, fait rare dans le milieu du shonen.(D'ailleurs, Jojo est-il un shonen? Le débat est lancé.) Enfin, sachez qu'on peut retrouver des Jojos dans d'autres parties que la leur, ce qui renforce le coté cohérent de l'univers.

    En effet, l'univers global est très bien construit: la partie 3 étant l'aboutissement des 2 premières, mais le socle des 3 suivantes, et la partie 7 faisant grandement référence à la première. Bref, vous comprendrez que tout est fait pour avoir un sens.

    Ensuite, le scénario commence ainsi: JOnathan JOestar (Jojo), un lord anglais du XIXeme siècle, voit son enfance chamboulée lorsque son père adopte un pauvre enfant, sorti tout droit du ghetto, Dio. Leur destin va croiser le chemin d'un masque de pierre, qui transforme les gens en zombie immortel ne craignant que le soleil. Une technique ancestrale, nommée Onde, consistant à récréer l'énergie solaire, est l'unique espoir d'abattre ces monstres. On observe que la partie 1 est beaucoup basée sur l'horreur. La deuxième partie est plus axée sur les origines du masque de pierre, élément central de l'oeuvre, et adopte donc un format plus aventureux. A partir de la partie 3, l'auteur met en place un système de pouvoir nommé Stand, personnalisé selon l'utilisateur, cette partie étant centrée sur l'action et le voyage.

    Après, il faut savoir que même si Jojo est composé de 8 parties, chacune d'entre elle a un style et une ambiance différents, même si elles gardent un thème commun. Donc si vous n'aimez pas une partie, essayez en une autre, peut-être n'aimiez vous juste pas une période de l'auteur. Et sachez que même si chaque partie peut se lire indépendamment, les lire dans l'ordre apporte une meilleure cohérence à l'oeuvre, certes facultative, mais malgré tout appréciable.

    Pour finir, on pourra qualifier cette oeuvre de bizarre, d'étrange, et ce, à juste titre, cette dernière flirtant quelque fois avec le WTF. Toutefois, Jojo reste ce mélange unique entre action et humour, qui procurera toujours un frisson d'excitatio;, un mix entre émotion et puissance, qui provoquera une implication du lecteur; une combinaison entre bad trip et serious business, qui emplira le public d'une sentation de plénitude achevée; une fusion entre bizarre et aventure.

    PS: Je préfère Joseph.
    PS2: L'anime est une tuerie.

    10

    CaporalMugiwara - 01 novembre 2017

    3 membres aiment | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Jojo's Bizarre Adventure ?
Ecrire une critique