Critique Les chefs-d'œuvre de Lovecraft - Les montagnes hallucinées 1

Ecrivain fondateur dans le domaine de l’horreur voir de la science-fiction pour ses nombreux récits mythiques, Howard Phillips Lovecraft et sa patte artistique semblent connaître une seconde jeunesse ces dernières années. Effectivement, son ombre semble autant planer sur le monde du cinéma que sur celui du jeu vidéo. Il suffit de regarder la hargne avec laquelle Guillermo Del Toro tente en vain de réaliser l’adaptation de "Les montagnes hallucinées" depuis des années, ou le catalogue des sorties de jeux sur consoles pour les mois à venir. Je vous rappelle qu’un titre nommé "Call of Cthulhu" sort à la fin du mois.

Bref, il n’en fallait pas moins pour convaincre les éditeurs de proposer une production du même acabit. Nous avons donc droit à une collection sombre intitulée « Les chefs-d’oeuvre de Lovecraft », le tout orchestré par Ki-Oon et réalisé du début à la fin par Gou Tanabe. Une série devant permettre aux néophytes de découvrir cet univers au travers de leur domaine de prédilection. Et ironiquement, la première oeuvre à voir le jour n’est autre que la préférée de Guillermo évoquée juste au-dessus.

Tension, horreur et fascination :

Année 1930, nous voilà propulsés aux côtés de nombreux spécialistes désireux de révolutionner le monde scientifique. L’ingénieur Padobie, le professeur Dyer, le biologiste Lake et d’autres comparses sont les personnages accompagnant notre lecture. À la conquête de l’Antarctique et de ses coins inexplorés, ces derniers sont bien déterminés à marquer l’histoire de leurs noms. C’est sur ce postulat que le scénario se base, et force est de reconnaître que celui-ci a tout pour plaire aux amateurs de frissons. Une terre inconnue, un climat extrême et des hommes livrés à eux-mêmes. Bien avant l’horreur, c’est sur la fragilité opposant l’homme et la nature que ce premier tome se concentre. La froideur du temps et les sommets des montagnes sont des personnages à part entière, ils ne cessent d’exercer une pression étouffante sur nos protagonistes. Une véritable tension s’installe rapidement sur l’histoire.

Seulement, riche de ses situations, le récit ne se repose par sur ses lauriers et tente à mixer de nombreuses situations. C'est pourquoi une fois la fascination des découvertes mise au placard, l’excitation des personnages après leurs échanges sur l'impact de leurs recherches, c’est l’horreur qui domine les débats. Plutôt discret dans sa représentation, le côté horrifique est plus évoqué que représenté sur ce premier volume. Laissant le lecteur déjà imaginer toutes les scènes horribles possibles. Une qualité rare parmi les oeuvres du même style de nos jours.

Les pages défilent et à aucun moment nous sommes tentés de regarder l’heure. Le titre prend certes le temps pour se mettre en place, mais une fois lancé il est difficile de décrocher tant l’univers présent est fascinant.

Un style graphique et une édition au sommet des montagnes :

Et si cet univers se révèle si fascinant, c’est en grande partie grâce au style de Tanabe. Il réalise un travail exemplaire à tous les niveaux. Les personnages disposent d’un charisme certain, les décors y sont magnifiques, et une sensation de gigantisme se dégage de la plupart des planches. La représentation des montagnes est juste impressionnante, les personnages du récit paraissent cloués sous le poids de ces immenses tours ténébreuses. Jamais dans l’excès ou la retenu, nous avons droit à un résultat de grande qualité, et cela même lors des situations les plus horrifiques. J'ai passé plusieurs minutes sur certaines pages pour être honnête, c'est dire ! L’oeuvre de Lovecraft prend simplement vie, quel plaisir !

Je tenais également à souligner la qualité de l’édition de ce premier tome. Proposé à 15 euros, le volume ressemble à un petit manuscrit au vu de sa couverture rigide et souple à la fois. Teintée d’un marron profond, elle est juste magnifique pour les yeux et devrait aux côtés des autres tomes combler votre armoire de la plus belle des façons. Les pages sont également ni trop fines ni trop épaisses, offrant une agréable sensation lors de la lecture. Là où d’autres éditeurs font le strict minimum avec leurs éditons présentées comme « Perfect », Ki-Oon offre finalement une véritable pépite !

10
Surprenant de nombreux lecteurs lors de son annonce, la collection centrée sur l’écrivain Lovecraft débute finalement de la meilleure des façons possibles. Excellent grâce à son contenu de très grande qualité et sublime de par son édition, ce premier tome est assurément un immanquable pour tous les amateurs de frissons. Ki-Oon frappe très fort et s’offre certainement l’une des séries les plus intéressantes du secteur !

Achetez Les chefs-d'œuvre de Lovecraft - Les montagnes hallucinéesT.1 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par Asagari

Vraisemblablement passionné par le manga mais aussi la culture japonaise depuis mon enfance, je demeure ainsi un féru de la lecture papier au-delà d'un consommateur invétéré de ce genre. Sans réel style favori prédéfini, j'apprécie la majorité des titres car ils sont la recette d'une évasion réussie pour les lecteurs. Une opportunité alors agréable surtout durant des périodes bien sombres comme aujourd'hui.

Contenu associé

Les chefs-d'œuvre de Lovecraft - Les montagnes hallucinées (Manga), Les chefs-d'œuvre de Lovecraft - Les montagnes hallucinées T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

1 commentaire

Avatar de Dustman

Ce manga faisait partie de ma wishlist dès que j'en ai entendu parler.
Etant plutôt fan de Lovecraft et appréciant fortement le boulot de Ki oon je ne me voyais pas passer à côté.

Après lecture c'est clairement un objet à part. En tant que manga c'est quelque chose de spécial dans le dessin ( le scénario c'est du Lovecraft donc pas besoin d'en dire plus ). J'ai trouvé que le dessin collait vraiment bien.

Par contre l'édition c'est vraiment quelque chose. La couverture est propre avec un lettrage en relief, le papier est assez épais avec des noirs profonds ( et vu que certaines pages sont noires ce n'est pas un détail. Ca respire l'amour du travail bien fait.

Bref, un premier tome excellent. C'est un peu cher mais on en a pour son argent.